vendredi, décembre 2, 2022
spot_img
AccueilCultureDak’Art 2022 : Le mécontentement des volontaires  

Dak’Art 2022 : Le mécontentement des volontaires  

Les volontaires du Dak’Art 2022 comptent descendre dans la rue pour manifester leur mécontentement au ministre de la culture.

La 14ème édition de la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar (Dak’Art 2022) a eu lieu durant la période du 19 mai au 21 juin. Une semaine après, c’est la grogne du côté des étudiants de l’ENA et de l’ISAG qui faisaient office de médiateurs. Ils étaient enrôlés pour servir de guide aux visiteurs. « Ils sont au nombre de 29. Ils n’ont signé aucun document. A la fin de l’évènement, ils sont rémunérés à hauteur à 50 000 F CFA », selon le président du collectif Samba Mballo lors d’un point de presse ce mardi.

Ce que ces intermédiaires et acteurs culturels trouvent dérisoire, après 32 jours de travail. Mais pour avoir souligné cela, des menaces d’exclusion sont brandies par la direction de leur établissement. Une tentative d’intimidation qui les pousse à se radicaliser. « Dès demain (ce mercredi) nous allons déposer une demande d’autorisation chez le préfet pour l’organisation d’une manifestation juste après la fête de tabaski (prévue le 10 juillet). L’occasion de mobiliser tous les acteurs concernés », indique Mr Mballo.

Le Dak’Art 2022 aurait englouti près de 2 milliards F CFA. Le plus gros budget depuis son lancement. Pour le collectif des intermédiaires, l’organisation disposait de moyens pour leur assurer un meilleur traitement. « Il faut souligner qu’au sortir de deux jours de formations, nous avons reçu une indemnité de 30 0000 F CFA. Une somme qui est comptabilisée dans la paye estimée à 80 000 F CFA », informe Samba Mballo. Avant de souligner leur détermination à faire respecter leur droit.

Et ce n’est pas le seul reproche qui est fait à leur tutelle. « Les animateurs culturels dépendent du ministère de la culture, qui avait promu de procéder à des recrutements. Une promesse non tenue. Les griefs sont nombreux et nous allons appeler tous les artistes à se rallier à notre cause pour dénoncer le fonctionnement du département. Et d’exiger un ministre qui puisse prendre en charge nos préoccupations ».

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img