lundi, décembre 6, 2021
spot_img
AccueilPeopleDécès de Mabousso Thiam : le témoignage émouvant de l'architecte Sawalo Cissé

Décès de Mabousso Thiam : le témoignage émouvant de l’architecte Sawalo Cissé

Mabousso Thiam, le fils aîné de Feu Habib Thiam, l’ancien directeur de l’Agence de Développement et d’Encadrement des Petites et Moyennes Entreprises (ADEPME), a été rappelé à DIEU ce dimanche. 

Mabousso Thiam était le fils aîné de l’ancien premier ministre sous Abdou Diouf, Habib Thiam, Diplômé de l’Institut international de banque et d’économie (France), Mabousso Thiam était aussi titulaire d’une Maîtrise en droit privé de l’université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar. Diantbi poste in extenso l’hommage de l’architecte Nicolas Sawalo Cissé.

« Le Walo perd un grand fils, et nous, nous est arraché le compagnon, l’ami, l’homme, et surtout l’artisan de tous les possibles.

Géniteur d’une finance allouée aux plus démunis, mais riche en idées créatrices, industriel novateur, il ambitionna le premier lait empaqueté, mode Soca, sur les confins du walo et du djolof, là où le berger peulh réinventa la pasteurisation du laitage en « soow pirr », il organisa la première et délicate mission de la distribution à grande échelle alors qu’il était raisonnable sous nos cieux, de le livrer de porte à porte, suspendu aux bouts d’un bâton accroché à l’épaule; façon  » al pular. »

Adversaire des impossibles, et défenseur des propables, il aura revetu toutes les toges qui donnent droit à l’admission patronale. De la direction générale à la présidence de conseil, aucune promotion ne lui aura été refusée par ses pairs. Il etait compétent tout court, au point de nous faire oublier qu’il etait le fils du grand Habib, pour ne demeurer que l’humble bonhomme au service de tous, et ce jusque dans les partages les plus intimes où sa vraie nature éclosait comme des pétales dans le champ d’un vent symphonique communément appelé musique. Tantôt à la batterie, tantôt à la guitare, c’etait sa manière de nous parler, de nous rassembler autour de sa joie de vivre et d’aimer son prochain, ce que le walo walo appelle le « begge ».

Cet amour ne peut être plus grand que le manifeste qu’il montra dans sa lettre adressée au peuple des mille collines comme pour conjurer leur souffrance, à travers sa bien aimée Philomene et à qui nous présentons nos sincères condoléances.

Adieu cher frère, adieu Mabousso, nous applaudissons ton bref passage mais si utile pour nous tes compagnons, mais surtout pour ce Sénégal de demain dont le jeune Habib et ses camarades en sont la digne postérité.

Sawalo Cisse

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img