dimanche, décembre 5, 2021
spot_img
AccueilPolitiqueAbdoulatif Coulibaly, un journaliste au pouvoir ou la communication piégée ?

Abdoulatif Coulibaly, un journaliste au pouvoir ou la communication piégée ?

Autrefois vigie de la bonne gouvernance, aujourd’hui acteur politique partisan, le ministre Abdoulatif Coulibaly s’est beaucoup renié au contact du pouvoir.

Ousseynou Diallo

Que devient Abdoulatif Coulibaly ? L’ancien teigneux journaliste et communicant de talent expédie les affaires courantes depuis sa station du Secrétariat général du gouvernement. Ses sorties sont devenues aussi rares que chloroformées. La dernière en date remonte à fin juillet quand le ministre Secrétaire général du gouvernement réagissait sur le rejet par le Conseil constitutionnel du recours en annulation de l’opposition de la loi modifiant le Code pénal et le Code de procédure pénale. « La contestation élevée, de mauvaise, comme de bonne foi, ne peut rien changer dans le fond de cette décision rendue en dernier recours. Mon avis et opinions, en la circonstance, comptent peu », expliquait-il alors.

L’ancien journaliste d’habitude si acerbe avec les régimes socialiste et libéral n’aurait-il plus d’avis ni opinions ? Abdoulatif Coulibaly est devenu sa propre caricature : un ex-journaliste au pouvoir à la communication piégée. L’homme, obligé de s’aligner sur la ligne officielle du pouvoir, a édulcoré son discours sous l’autel de la solidarité gouvernementale. Comme le disait l’ancien ministre socialiste sous Mitterrand, Jean-Pierre Chevénement, « un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne ! ». On en est là : le ministre Coulibaly s’auto-censure et se découvre de nouveaux talents d’équilibriste. Avec un brio digne d’un ministre de la propagande, il tolère et explicite ce qu’il combattait hier sous Diouf et Wade. Lui qui reprochait récemment au cinéaste Moussa Séne Absa, auteur d’une lettre très critique à l’endroit de Macky Sall, de ne pas avoir su éviter le piège partisan, tombe irrémédiablement dans le même travers.

Encarté jusqu’au cou, l’ancien ministre de la Culture donne l’impression de ne plus être lui-même. Où est donc passé l’auteur du brûlot à succès Wade un opposant au pouvoir ou l’alternance piégée ? Don Quichotte de la ligne vertueuse, il sera nommé un temps ministre….chargé de la Promotion de la bonne gouvernance au Sénégal. Un sacerdoce. Ce ministère a disparu aussi vite que s’enchainaient les polémiques et autres scandales sous ce régime . « La création de ce ministère vient quelque part donner une plus grande visibilité et un engagement encore plus fort au président Macky Sall par rapport à sa volonté affirmée, dès son installation au pouvoir, de moraliser la vie publique au Sénégal ; de mettre en place un système de gestion et de gouvernance d’État fiable, vertueux, qui repose essentiellement sur quatre principes directeurs : la redevabilité, la reddition des comptes, la transparence, et enfin l’efficacité, et l’efficience de l’action publique», expliquait-il à l’époque. Qu’en est-il aujourd’hui de tout ce florilège ?

« Il ne faudrait pas que les gens me demandent aujourd’hui, d’être l’homme critique que j’ai été alors que j’étais journaliste. Je ne suis plus journaliste. Je suis un acteur politique, je suis membre d’un gouvernement…», confessait en 2013 Abdoulatif Coulibaly. Ceci explique-t-il cela ? Porte-parole du gouvernement un moment, l’ancien de Sud Communication fait dans le marketing politique. Sa stratégie est connue : faire passer la pilule mackyste à tout prix dans l’opinion publique. Un vrai travail d’exécutant….à la communication piégée.

2 Commentaires

  1. Merci Oussyenou Diallo pour ce pertinent article. Latif semble avoir oublié qu'il était la bonne conscience de notre démocratie.

    Secrétaire Générale du gouvernement, c'est à dire, une sorte de premier ministre, puisque cette fonction a disparue, n'est pas un poste anodin. Il est le métronome d'un régime qui fait pire que Wade.

  2. Malheureusement la politique au Sénégal semble consister à enterrer de la pire des façons les intellectuels , Feu Iba Der en était un exemple Latif a déçu plus d’un et s’est complètement métamorphosé pour plaire à Macky et profiter d’une gabegie qui est pire que tout ce qu’il a eu à dénoncer sous Wade . L’intérêt personnel a pris le dessus sur le journaliste qui jadis était objectif, engagé et honnête ... et l’histoire ne retiendra plus les batailles d’antan , mais seulement ce deculottage en mondo vision

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img