vendredi, décembre 2, 2022
spot_img
AccueilPolitiqueCampagne électorale : « La tolérance zéro pour les discours identitaires » 

Campagne électorale : « La tolérance zéro pour les discours identitaires » 

La campagne électorale des Législatives 2022 au Sénégal est lancée ce dimanche. Les postulants pour la députation ne se feront pas de cadeaux, mais attention aux « discours identitaires »

C’est parti pour une vingt jours de campagne en vue des élections du 31 juillet prochain. Huit (8) coalitions vont briguer les 165 sièges de l’Assemblée Nationale pour la 14ème législature de l’histoire politique du Sénégal. Une échéance à grand enjeu. En effet, c’est le prélude de la présidentielle qui aura lieu dans un peu moins de deux ans. Cela explique la montée des tensions entre les acteurs ces dernières semaines. Et beaucoup d’observateurs craignent le pire durant cette période dédiée à la propagande.  

L’ancien président du Groupe parlementaire de « Benno » (au pouvoir), Moustapha Diakhaté, appelle ainsi les candidats à faire montre de sérénité, d’un esprit républicain. « Le Sénégal en commun : la noble ambition des pères fondateurs, à protéger quoiqu’il en coûte. L’interdiction faite aux politiques par la Constitution de s’identifier à une race, une ethnie, un sexe, une secte, une religion, une langue ou une région et la devise, Un Peuple, Un But, Une Foi, sont les principes fondateurs de la République du Sénégal », écrit-il.

Avant de souligner : « La tolérance zéro doit être la règle pour tous les discours et affichages identitaires. Les politiciens doivent entrer dans le débat sur des politiques concrètes à mettre en œuvre ou à promettre et arrêter de se satisfaire du slogan  »l’élection de votre fils ou coreligionnaire réglera les problèmes’’. Il faut dénoncer les dirigeants politiques qui sont suffisamment cyniques pour faire croire que le vote identitaire est source de progrès. En réalité, il s’agit pour eux un moyen d’évacuer le débat programmatique et de n’avoir pas à dire ce qu’ils vont faire s’ils sont élus ».

Pour Moustapha Diakhaté, « les électeurs doivent refuser de se suffire de confier le pouvoir (législatif) à des politiciens qui promettent qu’en raison de leur ethnie, région ou religion, leur élection va résoudre les problèmes, sans exiger davantage de précision. Les solutions aux difficultés auxquelles les Sénégalais sont confrontés sont politiques, économiques, sociales, culturelles, scientifiques et techniques et non ethniques, régionalistes ou confessionnelles. La politique du repli identitaire est foncièrement réactionnaire, fractionniste sur tous les plans. Cette attitude mesquine doit être combattue avec la plus grande fermeté républicaine »

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img