jeudi, décembre 1, 2022
spot_img
AccueilPolitiqueGouvernance : Le nouveau "PM" et l'affaire PRODAC

Gouvernance : Le nouveau « PM » et l’affaire PRODAC

Le Premier ministre (PM) du nouveau gouvernement du Sénégal est attendu sur certains dossiers critiques dont le PRODAC.

Pour d’aucuns, la nomination d’Amadou Ba à la Primature du Sénégal permettra d’apporter de la lumière dans le scandale financier du Programme des Domaines Agricoles Communautaires (PRODAC). Une affaire dans laquelle l’ex-ministre des finances est impliqué. Le patron du Forum Civil Birahim Seck opine : « Je l’avais nommément cité dans mon livre en lui demandant de clarifier le montage des fonds ».

Avant de souligner : « On avait avancé le montant de 29 milliards F CFA alors que le Sénégal devait mobiliser 36 milliards F CFA pour un projet qui n’a généré aucun résultat. Cet argent, comment l’ont-ils obtenu ? Comment ont-ils contracté avec les banques ? Et ce n’est pas tout, car il y a d’autres révélations sur ce dossier ». Des questions qui n’ont jamais eu des réponses de la part du nouveau « PM ».

Une affaire qui risque de remonter en surface. En effet, les députés (particulièrement de l’opposition) ne devraient pas rater l’occasion d’entendre la version du Premier ministre Amadou Ba, lors de son prochain passage à l’Assemblée nationale pour la déclaration de politique générale. Surtout que, selon Birahim Seck, le prochain gouvernement est plus attendu sur les problèmes de gouvernance, transparence et redevabilité.

« La trajectoire prise n’est pas la bonne. Cela explique que le Sénégal s’enfonce au niveau de l’indice de perception de la corruption en perdant deux points dans la zone rouge », indique le coordonnateur du Forum Civil, section sénégalaise de Transparency International. Pour cela, il dit attendre de voir la lettre de mission du Président de la République ainsi que le « PM » à l’œuvre dans ses fonctions.

Pour lui, « la distribution des ressources mobilisées (impôts), c’est à dire la répartition des dépenses, doit être une priorité pour le gouvernement ». Mais aussi, « il y a une nécessité de mettre fin à une certaine opacité dans les transactions » dont l’affaire des 120 milliards F CFA avec le géant canadien des mines Barrick Gold. Un autre dossier sur lequel le Premier ministre est attendu, tout comme celui du PRODAC.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img