vendredi, décembre 2, 2022
spot_img
AccueilPolitiqueIbrahima Sène : « Ousmane Sonko veut déclencher sa seconde vague »

Ibrahima Sène : « Ousmane Sonko veut déclencher sa seconde vague »

Ibrahima Sène affirme urbi orbi que le rejet de la liste de titulaires de Yewi Askan Wi aux Législatives du 31 juillet prochain est pour Ousmane Sonko« l’occasion rêvée pour déclencher sa seconde vague », sur la même lancée des émeutes de mars 2021 qui avaient suivi son arrestation sur la route du Tribunal dans l’affaire du viol présumé de Adji Sarr.

Ibrahima Sène, marxiste léniniste de son état est ainsi devenu un bouclier idéologique des temps modernes du Libéral président Macky Sall envers et contre tous et Ousmane Sonko.

Réagissant à la conférence de presse de Ousmane Sonko et des leaders de Yewi Askan Wi qui ont appelé aujourd’hui à une grande assemblée générale populaire le Mercredi 08 Juin 2022 à la place de l’obélisque à 14h, Ibrahima Sène y est allé sans détours pour incriminer la communication volcanique du leader de Pastef.

« Le rejet de leur liste de candidats titulaires aux Législatives du 31 juillet prochain, dont il est la tête de liste, est pour lui l’occasion rêvée pour déclencher sa seconde vague dont, il menace le peuple depuis mars 2021, cette fois non plus pour le soustraire de la justice mais pour aller directement au Palais y chasser le Président EN EXERCICE. », a pesté l’inamovible membre du Parti de l’Indépendance et du Travail dans une tribune intitulée « Qui pour arrêter les dérives extrémistes de Sonko ? » parue sur sa page faceboook visitée par diantbi.com.

Ibrahima SENE PIT-SENEGAL.

« Depuis Mars 2021, chaque sortie médiatique de Sonko est un pas de plus dans ses dérives dans l’extrémisme violent, maintenant le peuple sous la hantise d’une reprise des violences sur des personnes et des destructions massives de leurs biens privés, et de leurs biens publics.

Cependant, ce qui est incompréhensible, c’est le sentiment de son impunité dont il se prévaut, et le soutien implicite, et souvent explicite, des organisations prétendument de Défense des Droit humains, au pays et à l’international. », a ajouté Ibrahima Sène persistant dans cette attaque ad hominem .

Et le Maoïste de préconiser ainsi que « l’Etat ne devrait faire preuve d’aucune faiblesse devant une telle forfaiture, qui le cas échéant ne serait non plus un délit, mais un crime contre l’humanité ».

D’autant que, selon toujours Ibrahima Sène, l’appel de Ousmane Sonko « en mars 2021 avait produit 14 morts et des destructions massives de biens publics et privés, occasionnant plusieurs blessés graves».

Rappelons que le 31 juillet prochain, 150 députés seront élus par les électeurs sénégalais d’une part via un scrutin proportionnel avec des listes nationales pour 53 députés, et d’autre part un scrutin majoritaire dans les départements pour 97 autres parlementaires. La diaspora sénégalais quant à elle se contentera d’élire 15 députés.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img