dimanche, décembre 4, 2022
spot_img
AccueilPolitiqueLégislatives (investitures) : « La charte de « Yewwi » a été bafouée »

Législatives (investitures) : « La charte de « Yewwi » a été bafouée »

Des leaders de la coalition politique « Yewwi Askan Wi » dénoncent l’anti-démocratie, l’esprit partisan, le manque de transparence et de respect lors des investitures en des prochaines élections législatives au Sénégal.

Les mal-classés au sortir des investitures de la coalition « Yewwi Askan Wi » pour les Législatives 2022 continuent de crier leur désespoir. Parmi eux, des leaders reconnus sur la scène politique sénégalaise comme Cheikh Bamba Dièye, Moustapha Guirassy, Aminata Lo Dieng et Mansour Sy « Djamil ». La raison de leur colère : « Nous ne sommes pas prêts d’accepter ce que nous refusons au Président Macky Sall. C’est-à-dire l’anti-démocratie, le parti pris, l’esprit partisan ou politicien, le manque de transparence et de respect », indiquent-ils lors d’une rencontre avec la presse ce vendredi.

Selon Aïda Niang de « Bés Dou Niak », les principes ne sont pas négociables. « Nous nous étions accordés sur le fait que la prochaine législature doit être de qualité, mais cela a été biaisé et trahi avec un favoritisme manifeste, le mépris envers certains et la reconduction (dans les listes) des maires élus. Quelle Assemblée Nationale nous voulons et quelles personnes faut-il y mettre ? Alors qu’il y avait des critères. Nous avions souligné que nous ne regardons pas les partis, mais le parcours, le CV, les mœurs… Le « Yewwi Askan Wi » doit avoir une autre démarche et vision », martèle-t-elle. 

Derrière ces allégations, il y a un doigt pointé sur le patron de « Taxawu Sénégal » Khalifa Sall qui avait en charge la confection des listes. L’homme par qui cette frustration est arrivée. Aminata Lô Dieng confirme : « Il est obnubilé par des calculs politiques en vue de 2024, avec un désir ardent de s’accaparer de notre appareil pour installer son parti et ses alliés. En agençant le PUR, le « Taxawu » et le PASTEF en première position ». Moustapha Mbamba Guirassy renchérit : « Nous ne savons pas comment les listes ont été établies sur le plan national. Nous observons et constatons que la charte a été bafouée ».

Et c’est Aïda Niang qui en apporte la preuve : « Mon leader (Mansour Sy « Djamil ») qui a participé aux élections en 2019 et a obtenu 4 députés. Comment peut-on le mettre derrière des gens qui n’ont jamais gagné à des élections. Nous demandons qu’on nous dise le pourquoi, qu’on nous donne la bonne information. Nous avons sollicité la tenue d’une réunion, qui jusque-là n’a pas lieu. Il ne peut pas avoir dans la coalition des grands et des petits. La discipline (de parti) ne veut pas dire marchander des principes. Ça veut dire crier haut et fort du moment où on ne nous permet pas de dire ce qu’on pense dans la coalition ».

Toutefois, ce collectif des mécontents après les investitures ont tenu à réaffirmer leur appartenance à la coalition « Yewwi Askan Wi ». Ainsi que leur détermination à œuvrer pour la victoire aux Législatives du 31 juillet prochain.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img