jeudi, décembre 1, 2022
spot_img
AccueilPolitiqueLibres propos : Ironie du sort... électoral !

Libres propos : Ironie du sort… électoral !

Qui aurait pu imaginer que les « outsiders » d’hier allaient devenir les grands maîtres du jeu de cette 14e Législature du Parlement sénégalais ? Dans cet inévitable jeu d’alliance qui s’est enclenché dès la proclamation officielle des résultats, par la Commission nationale de recensement des votes. Lesquels attribuent : 82 députés à « Benno Bokk Yakaar », 56 députés à « Yewwi Askan Wi », 24 députés à « Wallu », 01 député à « AAR », 01 député à « MPR-Serviteurs », 1 député à « Bokk Guis-Guis Leegey ».

Il est évident que les postures qu’adopteront les 3 dernières coalitions feront pencher la balance dans un sens ou dans l’autre; déterminant ainsi la destinée politique qu’empruntera cette Assemblée nationale inédite où, pour la première fois dans l’histoire électorale du Sénégal, la coalition au pouvoir n’a pas obtenu la majorité absolue, soit la moitié du nombre total de sièges titulaires à pourvoir (165 divisés par 2 + 1 = 83).

À « Yewwi-Wallu » et « Benno », il manque donc, respectivement, 3 députés et 1 député pour être majoritaire à l’Hémicycle, et avoir la haute main sur les rouages administratifs internes. C’est-à-dire sur le choix des membres du Bureau, la plus haute autorité collégiale de l’Assemblée, composé de 6 vice-présidents, 3 questeurs, 12 secrétaires élus. Il est compétent pour décider de l’organisation et du fonctionnement de l’Assemblée.

Sa voix est décisive dans la nomination du « Commandant en chef du Perchoir », le Président qui est la 2e personnalité de l’État. Depuis la suppression du Sénat en 2012, dans l’ordre protocolaire étatique, il est l’autorité constitutionnelle en charge d’assurer la suppléance du Président de la République, en cas de démission ou de cas de force majeure. Il trône à la tête d’un budget faramineux de 17 milliards deux cent quinze millions (budget prévisionnel de la Loi des Finances 2022).

Et voilà que ceux qui étaient snobés hier se retrouvent être (ironie du sort… électoral), les « tocards » les plus courtisés, dans ce qui apparaît comme un « second tour » des Législatives 2022. C’est à eux que revient à présent le rôle privilégié de « faiseurs de roi ». Ils sont trois. Pourquoi alors presque tous les regards se tournent vers le leader de « Bokk Guis-Guis » Pape Moustapha Diop, ancien Maire de Dakar (2002-2009), ancien président du Sénat (2007-2012) et… ancien président de l’Assemblée nationale (2002-2007) ?

 (Par JAMRA, ONG islamique)

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img