mercredi, décembre 7, 2022
spot_img
AccueilPolitiqueMairie Dakar : Sandaga, le premier combat de Barthélémy Dias

Mairie Dakar : Sandaga, le premier combat de Barthélémy Dias

Le maire de Dakar Barthélémy Dias va devoir se battre pour mettre la main sur le marché Sandaga que la ville se dispute avec la commune du Plateau.

Le tout nouveau maire de Dakar va hériter de son prédécesseur un dossier brûlant : le marché Sandaga. Ce patrimoine national, récemment démoli pour être réhabilité, est confisqué par la commune du Plateau qui vient de réitérer sa confiance à Alioune Ndoye. Un contentieux auquel le patron de la capitale sénégalaise, Barthélémy Dias, va devoir faire face. Le premier et grand combat de ses cinq années de mandature. Même s’il relativisait la question. « Elu, il n’y aura pas de bruit. La mairie de Dakar va reprendre pleinement ses droits », disait-il dans le « Grand Jury » de la RFM.

Son propos avait un relent de mise en garde. « Ce qui s’est passé à Sandaga, c’est une question d’autorité et de personnalité. Le titre foncier est au nom de la ville de Dakar. Alioune Ndoye (édile du Plateau) est un grand-frère pour qui j’ai beaucoup d’amitié et d’estime. Il reste tout de même une personne réfléchie. Nous n’avons pas besoin de se disputer mais de discuter. Nous allons nous entendre. Il sait lire et comprendre. Un titre foncier, c’est un droit de propriété. Nous ne sommes pas à la maternelle, il s’agit là d’une administration », avait lancé Barthélémy Dias.

Le bâtiment du marché Sandaga démoli par le maire du Plateau, Alioune Ndoye (en août 2021).

Les choses ne paraissent pas aussi simples qu’il le croit. Son interlocuteur est loin d’être dans les dispositions de lâcher prise. « Je ne fais rien dans l’illégalité. Je me demande par quel artifice le maire de Dakar parviendra à prendre à la commune du Plateau le marché Sandaga », a répliqué le maire Alioune Ndoye. Avant d’ajouter : « Je ne lui conseille pas le rapport de force, s’il veut travailler pour les Dakarois. Les communes sont d’égale dignité. Il n’a aucune autorité sur elles. Il doit le savoir, c’est la loi. Je connais mes droits et sait ce que je dois faire. L’avenir nous édifiera ».

Pour lui, les mairies ne doivent pas servir pour une promotion personnelle. « Dans le Plateau, personne ne peut faire ce qu’il veut. La ville de Dakar a tendance à prendre notre commune comme une rivale. Cela est une erreur monumentale. Pour nous, il n’y a pas d’adversité. Il faut mettre en avant les missions, les projets et que nous travaillons ensemble pour les populations. En s’évertuant à respecter les promesses faites. Maintenant, si on veut autre chose… », argumente Alioune Ndoye, l’un des rares candidats de « Benno » à avoir résisté à la vague déferlante « Yewwi Askan Wi » à Dakar.

Destruction des cantines par la mairie de Dakar (août 2020)

Le ministre de la Pêche, qui est à son troisième mandat consécutifs (une première dans le Plateau), est assis sur des certitudes et bénéficie du soutien indéfectible des habitants de sa commune. Le bras de fer est inévitable autour du marché Sandaga. Ainsi le premier des magistrats municipaux de Dakar, Barthélémy Dias, va devoir se résoudre à continuer la bataille judiciaire enclenchée par la maire sortante Soham El Wardini (intérimaire après la condamnation de Khalifa Sall). Cette dernière disait « se battre pour la conservation de la mémoire de Dakar » et « être déterminée à se défendre pour la garder ».

A l’en croire, « le bâtiment du marché Sandaga est un bien de la ville. Depuis sa construction en 1935, il n’est jamais sorti de sa responsabilité. Il n’avait pas été transféré à la commune du Plateau ». Une conviction que partage son remplaçant et ex-compagnon au sein du mouvement politique « Taxawu Dakar » ainsi que de la mairie de Mermoz-Sacré Cœur.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img