samedi, décembre 4, 2021
spot_img
AccueilPolitiqueMansour Faye, le « pyromane » et le spectre de Sénégal-Mauritanie de...

Mansour Faye, le « pyromane » et le spectre de Sénégal-Mauritanie de 1989

Il est assurément le « pyromane du 15 août » (Ndlr : date qui symbolise la fête à Saint Louis à la plage de Hydrobase). Mansour Faye, le ministre des Infrastructures, des transports terrestre et du Désenclavement a fait une malencontreuse sortie de route avec sa réaction étonnante sur l’accident de Kaolack du 15 août qui a fait quatre morts, mettant comme protagonistes malheureux, un camion malien et un taxi sénégalais. Ce ministre a vraiment besoin d’un spin doctor.

Avec un champ lexical simpliste, manichéen, populiste, pyromane, vindicatif voire imprudent, Mansour Faye est allé au charbon en pyromane pour attiser le feu entre le Mali (Ndlr : pays gangrené par le terrorisme et les coups d’Etat) et le Sénégal qui n’a pas encore oublié les convulsions dramatiques de l’affaire Sonko-Adji Sarr. Au moment où les jeunes sénégalais brûlaient, furieux, les camions maliens, des représailles ont aussi commencé à la frontière malienne sur des transporteurs sénégalais. Bref, la loi du talion était appliquée à la lettre.

Ayant oublié que le Mali et le Sénégal étaient unis dans le passé par le chemin de fer ou encore la fédération du Mali, le maire de Saint Louis s’est complètement fourvoyé sur facebook.

« C’est avec une douleur atroce et une vive colère que j’apprends le décès de quatre occupants d’un taxi qu’un camion a percuté sans leur laisser la possibilité d’échapper à une mort atroce. Des blessés sont aussi notés durant cet accident odieux et révoltant. Les auteurs de cet acte ignoble seront appréhendés et traduits en justice. Une enquête est en cours », peut-on lire dans le post du ministre Mansour Faye sur les réseaux sociaux parcouru par diantbi.com.

Un accident à Kaolack (Sénégal) ce 15 août a vu un camion malien percuter un taxi sénégalais, occasionnant 4 morts.

D’ailleurs, ce post a, par la suite, été supprimé comme par enchantement de la page facebook du ministre, suite à la vindicte populaire des internautes sénégalais. En effet, la « mafia Kacc kacc », comme un seul homme, conscient des enjeux diplomatique et géopolitique entre les deux pays, a ainsi fait changer de fusil d’épaule à Mansour Faye, après cette communication incendiaire sur l’affaire de l’accident.

Le « Tirailleur sénégalais » a alors mis de l’eau dans son bisssap de ndar ndar, mais, la suppression de son post corrobore à souhait la thèse selon laquelle, Mansour Faye a été léger dans cette communication sur les réseaux où il a été ainsi lynché unanimement sans pitié.

N’est ce pas le mari de sa sœur Marième Faye, Macky Sall qui faisait en 2011 l’éloge de la « magie du clic face à la puissance du fric et du flic ».

En réalité, cet errement de communication de Mansour Faye est d’autant plus malheureux qu’on sait que parfois une seule parole ou une émission radio à la « Mille collines » peut mettre le feu aux poudres.

L’exemple le plus patent est à chercher lors des événements du 9 avril 1989 entre le Sénégal et la Mauritanie. Ce drame humanitaire avait commencé par un accrochage entre Sénégalais et Mauritaniens à Diawara (Sénégal) avec un bilan de deux morts et quelques blessés.

Il s’en suivirent des violences intercommunautaires qui ont impacté à jamais la vie de milliers de Sénégalais et de Mauritaniens. Aujourd’hui, tout est pardonné et on se le dit dans notre subconscient : plus jamais ça. Toutefois, avec des maladresses de communication comme celle de Mansour Faye à l’échelle Facebook dans un contexte de pandémie de COVID 19 qui a mis toute une jeunesse à terre, on ne sait jamais. Alors Attention.. .

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img