dimanche, décembre 4, 2022
spot_img
AccueilPolitiqueThierno Alassane Sall : « Il n’y a pas de débats sur les principes...

Thierno Alassane Sall : « Il n’y a pas de débats sur les principes dans les coalitions »

Le leader de la République des Valeurs/Reewum Ngor est convaincu que les grandes coalitions, tel qu’elles sont constituées, ne peuvent pas apporter les changements espérés par le peuple sénégalais.

Comme lors des élections locales en janvier dernier, il ne faut s’attendre à voir le parti République des Valeurs intègrer les grandes coalitions de l’opposition politique du Sénégal que sont « Yewwi Askan Wi » et « Walu Sénégal ». Son leader Thierno Assane Sall ne croit pas à ses rassemblements hétéroclites et sans fondement. « J’ai beaucoup appris des coalitions et cela me fait peur par rapport à l’avenir du Sénégal. Il n’y a pas de débats sur les principes ni programme ni d’idées », a-t-il dit sur le plateau du « GP » de la SenTv.

Pour lui, on ne voit ces genres de regroupements que dans notre pays. « Si nous devons renoncer à nos principes pour aller s’accompagner avec des partis dans le seul but de gagner des élections, cela n’en vaut pas la peine. Nous ne sommes pas dans cette manière de faire la politique. Ce qui nous passer pour des incompris. Pourquoi suivre l’air du temps ? Quand un parti prend une direction, les autres doivent le suivre. Un comportement panurgique. Je dois savoir où je vais », argumente l’ex-ministre du Président Macky Sall.

Avant d’ajouter en lançant des piques au PASTEF de Ousmane Sonko et le « YAW » : « Les gens aiment la facilité. On ne doit pas faire comme les moutons. Certaines coalitions sont contre nature. Ceux qui avaient dit qu’ils veulent enlever ce qu’il y avait, changer le système, ne peuvent pas se retrouver avec les fondateurs du système. Ces gens qui ont travaillé avec Senghor et Diouf, dont l’un (Khalifa Sall) était au congrès sans débat et en était le maître d’œuvre. L’autre (Aïda Mbodj) avait donné à Abdoulaye Wade le sobriquet Fantômas ».

Le « disciple » de Cheikh Anta Diop veut rester fidèle à ses principes. « Quand on constitue un tel cocktail parce qu’on veut gagner, je dis non… Comment espérer un changement avec une coalition où il y a des gens qui étaient avec Macky Sall, Abdoualye Wade, Abdou Diouf et même Léopold Senghor. S’ils sont élus la première chose à faire, c’est de se partager des postes. Dans les mairies remportées par l’opposition, à quelques exceptions près, le maire élu à 20% contrôle tout le bureau et les commissions ».

Coalition Yewwi Askan Wi, Aïda Mbodj, Khalifa Sall et Ousmane Sonko.

A en croire Thierno Alassane Sall, il n’y a aucune volonté de s’ouvrir à d’autres. « On voit dans l’opposition le manque de démocratie qu’on reproche au pouvoir. Les gens ne font que gesticuler et parler ». Et de jeter une pierre au nouveau maire de la ville de Dakar Barthélémy Dias, membre de la coalition « YAW » : « Le Sommet alternatif de l’eau faisait-il partie du programme annoncé lors des élections ? Après on va soumettre les conclusions au chef de l’État. Donc il fallait le laisser dérouler et aller participer au grand Sommet ».

Ce qui fait dire au patron de la République des Valeurs : « Quand on élit un maire, ça doit se faire sur la base d’un profit. Dans beaucoup de localités, les gens ont voté sans savoir qui étaient les candidats choisis par copinage ou appartenance à un tel parti ». Les principes qu’il défend avaient fait échouer l’alliance avec le PASTEF en 2019. Ainsi que d’aller aux élections locales « pour lesquelles nous sommes satisfaits des résultats obtenus et en vue des Législatives en créant avec des amis une voie alternative ».

1 COMMENTAIRE

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img