lundi, décembre 6, 2021
spot_img
AccueilPolitiqueThierno Alassane Sall, messie ou idéaliste politique ?

Thierno Alassane Sall, messie ou idéaliste politique ?

Ayant opté de faire la politique autrement, Thierno Alassane Sall rejette le pouvoir comme l’opposition dans une moindre mesure. De quoi son engagement est-il le nom ?

Leader de la République des Valeurs, Thierno Alassane Sall s’affiche comme le prototype du politicien anti-système. Arc-bouté sur ses principes, l’ancien ministre de l’Energie sous Macky Sall n’est d’accord avec personne. Il vient de tourner le dos au Pds et à la grande coalition annoncée par les libéraux. Par défaut de convergence de vue ou pour des contraintes idéologiques ? Le communiqué du parti la République des Valeurs est sans équivoque : Thierno Alassane Sall ne veut pas s’allier avec Abdoulaye Wade. « La République des Valeurs ne se reconnaît pas dans les alliances au niveau national. En conséquence, elle ne signera pas la charte de la coalition nouvellement annoncée. Notre option de toujours a été de construire un vrai pôle alternatif ancré sur l’éthique et la citoyenneté. La République des Valeurs reste ouverte à tous les Sénégalais, mouvements citoyens et forces politiques qui s’opposent résolument au régime actuel, pour une refondation de la République.Face à cette situation, la République des Valeurs annoncera très prochainement les modalités de sa participation aux élections départementales et communales.» Le ton est lancé.

Le parti de TAS compte aller aux élections locales avec des partis ou mouvements vierges de toute coloration politique. Est-ce raisonnable au moment où l’opposition, scindée en deux forces (Yewwi Askan Wi et la coalition du Pds), tente de faire face à l’ogre Benno Bokk Yakaar ? Thierno Alassane Sall n’a jamais opté pour la facilité en politique. Lui qui a toujours justifié la création de son parti par le besoin d’apporter un nouveau souffle à la vie politique sénégalaise, veut s’adosser sur une offre politique qui allie compétence, expérience et éthique. Sans réelle assise politique, ne disposant pas non plus d’une base politique réelle à Thiès d’où il est originaire, l’homme rêve d’une troisième voie qui constituerait ce fameux « pôle alternatif». Sa ligne de mire demeure néanmoins la mairie de Thiès qu’il compte chiper à Benno Bokk Yakaar. Mais avec quels moyens politiques compte-t-il aller à l’assaut de ce guêpier ? « Il se peut que Macky Sall et Idrissa Seck ont rendu service à l’opposition de Thiès et aux Thiessois en montrant clairement que le choix se fera entre deux camps», avait-il lancé il y a quelques jours.

Attendu pour se coaliser avec Ousmane Sonko, TAS a préféré ne pas rejoindre Yewwi Askan Wi. Pourtant proche du leader du Pastef, malgré les rumeurs sur leurs dissensions et différends politiques, le leader de la République des Valeurs reprocherait trop de choses à cette coalition incarnée par Khalifa Sall et Ousmane Sonko. Au même titre qu’il s’est éloigné de la coalition du Pds, l’ancien ministre s’est également détourné de l’autre grande coalition de l’opposition. « La République des Valeurs ne se reconnaît pas dans les alliances au niveau national », a clairement annoncé le communiqué du parti. Comme pour signifier aux uns et aux autres leurs incohérences idéologiques et politiques ? Thierno Alassane voudrait-il faire de la politique autrement ? « On va partir avec ceux qui accepteront de prendre des engagements écrits pour assurer qu’ils n’iront pas après collaborer avec le système. Il y a d’autres conditions sur lesquelles on va travailler», avait déclaré récemment TAS. Avant d’ajouter : « Les seules contraintes qu’on s’est mise sont qu’on ne va pas avec le Benno Bokk Yakaar assaisonné à la sauce ‘’mburu ak sow ».

Il ne s’en cache pas : lui et son parti veulent faire de la politique autrement. Toute la trajectoire politique récente de Thierno Alassane Sall renvoie à cette nette volonté de se démarquer de la chose politicienne. Sa démission avec fracas du gouvernement de Macky Sall, en 2017, laissait déjà présager le parcours de l’homme. Un anti-système qui a du mal à se positionner dans ce champ politique local où le réalisme est la chose la mieux partagée. Parfois à la limite de l’idéalisme, le leader de la République des Valeurs se bat avec ses propres armes et s’oppose à un homme, Macky Sall, qu’il a fréquenté par le passé, et qu’il peint aujourd’hui sous de mauvais traits. « Nous n’avons aucune relation. Je l’aperçois au petit écran. Je constate, pour notre malheur, que le projet initial (Apr Yakaar) qu’on avait porté et pour lequel on nourrissait beaucoup d’ambitions, il l’a cassé et cassé le Sénégal. J’aurais aimé qu’il réussisse parce que sa réussite, c’est la réussite du Sénégal ». Non content de casser du sucre sur le dos du pouvoir et de publier des brûlots à charge contre le régime, Thierno Alassane Sall fait également très souvent la leçon à l’opposition radicale. Serait-il le Messie politique qu’attendent tant les Sénégalais ?

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img