samedi, décembre 4, 2021
spot_img
AccueilPolitique« Ziguinchor ne sera pas dans l’opposition aux prochaines locales »

« Ziguinchor ne sera pas dans l’opposition aux prochaines locales »

Le coordonnateur de l’APR à Ziguinchor, Benoit Sambou, n’entretient aucun doute quant à la victoire de « Benno » dans cette région Sud au sortir des prochaines élections locales.

Ziguinchor, la mère de toutes les batailles pour la coalition de la mouvance au pouvoir « Benno Bokk Yakaar » lors des élections locales prévues l’année prochaine (23 janvier). Il est impératif de récupérer cette terre perdue, il y a deux ans. Pour cela, le coordonnateur du parti APR dans la région Sud Benoit Sambou affiche un optimisme béat et donne même rendez-vous au lendemain de l’échéance pour la célébration de la victoire. « Je peux vous dire que la Casamance ne sera pas dans l’opposition, parce que les populations savent où sont leurs intérêts », indique l’invité du « jury du dimanche ».

La cuisante défaite, concédée devant le PASTEF de Ousmane Sonko au sortir de la présidentielle de 2019 avec une marge de 8000 voix, n’effraie pas trop les partisans du chef de l’Etat qui ont fini d’analyser, de situer les responsabilités de cette déroute. Malgré un énorme investissement consenti pour le désenclavement de la région de Ziguinchor. Benoit Sambou explique : « Je crois que dans le management et la préparation de cette campagne, nous avions failli. Les leaders locaux n’avaient pas joué le bon rôle. Ils n’avaient pas travaillé la main dans la main ».

De ce fait, « il fallait une introspection pour comprendre que nous devons montrer un nouveau visage. Chacun doit faire l’effort d’être un bon relais auprès des populations, leur permettre de mieux voir ce que le Président est en train de faire dans la région et non de se donner en spectacle. Nous avions besoin de nous remettre en cause et se présenter comme de bons exemples pour les jeunes. L’arrogance n’a pas sa place ici ainsi que la violence doit être bannie dans nos discours et nos comportements (…) Mes propos ne visent pas une personne, particulièrement » souligne-t-il.

Il y a aussi un autre facteur considérable : la non prise en compte des aspirations de la jeunesse. « Les jeunes n’appréhendent pas de la même manière que les adultes les phénomènes qui les entourent. Quelles que soient les réalisations qu’on peut faire, ils ont des préoccupations principales que la formation, l’éducation et l’emploi. C’est moi qui peut apprécier le pont sur le fleuve Gambie que je le traverse avec ma voiture, les rotations des vols Air Sénégal et des navires, les routes construites, les boucles du Kalounaye et du Blouf… Quand on a 20, 25 ans, on ne pense qu’à son avenir ».

Un manquement que la coalition présidentielle s’emploie à réparer, en « ramenant l’espoir chez les jeunes qui votent pour sanctionner en fonction de leur préoccupation et de la situation du moment ». Ce qui conduit nécessairement « faire un effort supplémentaire et intensifier le déploiement de programmes structurants comme le « Xeuyou ndaw yi », l’agropole du Sud qui va être lancée bientôt. Ce sera l’occasion d’offrir beaucoup de perspectives d’emplois aux jeunes. Car tant qu’ils ne se sentent pas placer au cœur des politiques des pouvoir publics, nous aurons des difficultés », reconnait le responsable APR.

La reconquête de Ziguinchor passe ainsi par la relance de l’économie locale avec la mobilisation de l’épargne et la création d’un environnement incitant les privés à venir y investir. Mais, il faudra également à « Benno » trouver le meilleur profil, capable de hisser haut le drapeau. Les candidats à la candidature pour la mairie ne manquent pas. Pour Benoit Sambou, « les gens ont le droit d’avoir une ambition. Cela ne peut être un handicap. Le Président m’a confié la mission de travailler à organiser et à rassembler le plus largement possible les forces vives de la région ». 

Les potentiels candidats de la coalition « Benno » à Ziguinchor pour les Locales : Doudou Ka, Abdoulaye Baldé, Benoit Sambou, Innoncence Ntap Ndiaye, Moussa Diédhiou et Seydou Sané (Crédit photo)

La reconquête de Ziguinchor passe ainsi par la relance de l’économie locale avec la mobilisation de l’épargne et la création d’un environnement incitant les privés à venir y investir. Mais, il faudra également à « Benno » trouver le meilleur profil, capable de hisser haut le drapeau. Les candidats à la candidature pour la mairie ne manquent pas. Pour Benoit Sambou, « les gens ont le droit d’avoir une ambition. Cela ne peut être un handicap. Le Président m’a confié la mission de travailler à organiser et à rassembler le plus largement possible les forces vives de la région ». 

Avant d’ajouter : « La semaine prochaine, je vais finaliser le cycle de rencontres, il me reste 4 contacts. Au bout du processus, tout le monde sera consulté et associé. Pour l’intérêt de Ziguinchor nous trouverons ces consensus forts à la base. Nous ne pouvons pas envisager une victoire éclatante si les acteurs ne se parlent pas. Quand nous aurons fini d’œuvrer autour du principe d’être ensemble, il faudra se lancer dans le partage des responsabilités. Il y a de la place pour permettre aux uns et aux autres de jouer un rôle (…) Nous n’attendrons pas que le Président décide pour nous ».

Le principal challenger au sein de l’opposition est naturellement Ousmane Sonko sous la bannière de la coalition « Yewwi Askan Wi ». Le leader des « patriotes » est donc prévenu. Le camp du pouvoir affiche une détermination farouche à reprendre Ziguinchor qu’il considère comme sa « propriété ». Les incidents violents, qui ont émaillé sa tournée au début de cette semaine, en sont la preuve. Même si le coordonnateur APR semble condamner l’attitude des partisans de son camarade Doudou Ka. « Il n’y a pas de zones de non-droit à Ziguinchor. Il faut déplorer cette violence que rien ne peut justifier ».

Echauffourée devant le siège de l’UNACOIS Ziguinchor où Ousmane Sonko (PASTEF) se trouvait en face de la maison de Doudou Ka (APR)

Pour lui, cela ne sert pas le parti au pouvoir. « Nous devons reconquérir le cœur des Casamançais. Nous ne saurions sous aucun prétexte participer à un tel déchainement ou le cautionner. Quelle que soit la circonstance même s’il y a provocation. Nous devons garder notre sérénité. Il faut trouver les moyens d’éviter de tomber dans les manœuvres provocatrices de l’opposition. Le président est en train de faire énormément d’efforts pour faire de cette région la locomotive du développement et de l’émergence de notre pays à travers des programmes de désenclavement ».

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img