lundi, décembre 6, 2021
spot_img
AccueilSociétéAbdoulaye Daouda Diallo : "Nous ne travaillons pas pour la baisse des...

Abdoulaye Daouda Diallo : « Nous ne travaillons pas pour la baisse des prix… »

Les décisions prises par le chef de l’Etat visent plus à stabiliser les prix des denrées de première nécessité qui ont connu une hausse importante, depuis quelques semaines.

L’Etat du Sénégal a décidé de consentir un gros effort pour soulager et, surtout, contenir la colère des populations face à la vie chère. Des mesures importantes ont été prises par le Président en Conseil des ministres, mercredi dernier. Et cela consiste à une réduction des taxes, qui pesaient sur certains produits de grande consommation afin de protéger le pouvoir d’achat des ménages.

Il s’agit, en réalité, d’éviter que la situation ne s’empire. Si l’on se fie à l’annonce du ministre des finances et du budget, Abdoulaye Daouda Diallo. « Nous ne travaillons pas pour la baisse des prix, mais pour le maintien des prix actuels. Faire en sorte qu’ils n’augmentent pas » a-t-il avoué lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue du commerce, Aminata Assome Diatta, ce jeudi.

Cette flambée qui met à mal le panier de la ménagère semble imparable. « Le monde est dans un contexte extrêmement difficile. Tous les pays sont en proie à une hausse généralisée des prix. Il y a un renchérissement des prix à l’importation, parce que le coût du fret a beaucoup augmenté », affirme l’argentier du gouvernement. Pour qui, sans ces décisions arrêtées, les Sénégalais vont continuer à acheter plus cher les denrées de première nécessité.

En effet, l’Etat a décidé la suspension (provisoire) de la taxe conjoncturelle à l’importation sur le sure cristallisé, la réduction de la taxe d’ajustement à l’importation sur les huiles brutes qui passe de 10 à 5%, le maintien de la TVA à 0% sur le riz, la suspension des droits de douane sur le blé, l’application d’un taux de TVA à 0% sur la farine de blé… Cela fait suite au Conseil national de la consommation tenu mardi dernier avec tous les acteurs du secteur.

https://soundcloud.com/tradefm/fr-rep-mbayang-cor-conseil-national-cons

Une privation qui n’est pas sans conséquence sur l’exécution du budget. Parce que entrainant une baisse des recettes de l’ordre de 46 milliards de francs CFA d’ici la fin de l’année. « Mais ça aura un impact significatif… Le gouvernement ne pouvait pas rester insensible à la situation difficile que vivent les sénégalais », souligne le ministre du commerce Aminata Assome Diatta. Appelant à l’unité nationale « pour surmonter ces problèmes ».

Et le ministre Abdoulaye Daouda Diallo d’indiquer que dans de pareilles circonstances, les importateurs, les producteurs, l’Etat et les consommateurs sont interpelés et invités à faire des efforts. Cependant, « le Président de la République a choisi d’épargner les ménages à en faire », soutient-il. Des moyens matériels seront mis à la disposition des agents du commerce pour assurer un contrôle permanent sur le terrain.

1 COMMENTAIRE

  1. Perdre 46 milliards de recettes sans qu'il ait une répercussion sur les prix des denrées, ce n'est pas tout intéressant. Si je comprends bien, nous allons continuer d'acheter cher.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img