mardi, février 7, 2023
spot_img
AccueilSociétéAffaire Pape Alé : La CAP sur le pied de guerre

Affaire Pape Alé : La CAP sur le pied de guerre

C’est parti pour une série de manifestations des journalistes sénégalais pour faire sortir de prison l’administrateur du média Dakar-Matin.

La coordination des Associations de Presse (CAP) a dévoilé ce jeudi son plan d’action pour obtenir la lbération du journaliste Pape Alé Niang, arrêté dimanche dernier et envoyé en prison. Les chefs d’inculpation : divulgation de documents militaires sans autorisation de la hiérarchie de nature à nuire à la défense nationale, appel à la subversion, recel et diffusion de documents administratifs estampillés secrets et propagation de fausses nouvelles.

La bataille commence ce vendredi par « une marche virtuelle ». Une campagne de mobilisation digitale. Il s’agit « d’occuper les réseaux sociaux. A midi que tous les journalistes changent leur photo de profil. Que les sites introduisent les bannières, les journaux mettent les bandeaux et les radios font passer les spots », indique le porte-parole Ibrahima Lissa Faye, par ailleurs président de l’APPEL (Associations des Editeurs et Professionnels de la Presse en Ligne).

Avant de souligner que « cela va continuer jusqu’à la libration du journaliste Pape Alé Niang. Il est question de se faire entendre et de montrer que nous sommes déterminées à nous battre pour lui et pour la défense de notre profession. Car chacun de nous peut se reouver à sa place ». L’étape suite, c’est le lendemain (samedi) avec la concertation entre la Coordination des Associations de presse et le pool d’avocats dirigé par Me Moussa Sarr.

« C’est pour échanger sur la stratégie à mettre en place et de s’imprégner es détails du dossier pour savoir quelle réponse donner à cela. Une conférence de presse est prévue pour informer l’opinion », dit Ibrahima Lissa Faye. Lundi prochain, il y aura un édito commun dont les rédacteurs que sont Momar Ndiongue et Mansour Dieng s’y attellent. « Il sera publié par tous les médias. Nous l’espérons… Il faut faire come les médecins qui se battent lorsque l’un être traduit devant la justice ».

La CAP reconnait avoir failli à ce niveau. « Nous devions commencer à s’agiter dès le jour de son arrestation », croit Ibrahima Lissa Faye. Comme en 2004 avec la détention de Madiambal Diagne. Pour cela, un conseil des médias est prévu mercredi prochain. « L’occasion de dire notre mécontentement au Président Macky Sall », selon notre confrère. Et de souligner : « D’ici 2024, il y’aura des révélations sur des dossiers brûlants. La réalité est qu’il y a trop de scandales financiers dans ce pays ».

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img