lundi, décembre 5, 2022
spot_img
AccueilSociétéCasamance : Kamougué Diatta dans un rôle de "coursier" pour la paix

Casamance : Kamougué Diatta dans un rôle de « coursier » pour la paix

Après avoir marqué la lutte armée pour l’indépendance de la région Sud du Sénégal, Souhaïbou Kamougué Diatta est devenu un chantre de la paix.

Il y a 10 ans. L’ancien chef des combattants du MFDC (Mouvement des Forces Armées de Casamance) disait dans un entretien accordé au quotidien L’OBS : « J’ai comme regret le fait que des conflits plus douloureux sont nés ailleurs et ont vite trouvé une solution. Mais ici, nous sommes obligés de constater une guerre qui ne dit pas son nom, qui ne finit pas. Cela, je le déplore profondément ». Et ce sentiment de remords habite toujours Souhaïbou Kamougué Diatta.

En effet, l’ex-homme fort du maquis a lancé des propos similaires ce dimanche lors de la cérémonie d’ouverture de « l’université des navétanes » dans le cadre des phases nationales. « Quand on est dans une société, il est bon de prendre son courage quand quelque chose ne va pas… Le courage de revenir à la raison. C’est ce qui me différencie avec beaucoup de personnes ». Pour donner une signification à sa repentance, Kamougué indique s’être mué en « coursier » pour la paix dans la zone Sud.

Il confie : « J’ai beaucoup voyagé, j’ai rencontré tous les casamançais qui sont à l’extérieur. Je connais toute le monde. J’anime des conférences un peu partout. J’avais commençais ici à l’université de Dakar en 2015. En France, Suisse, Allemagne, Belgique, Luxembourg…, j’ai rencontrés les étudiants originaires de la Casamance. Cette question concerne toutes les sensibilités. C’est pour cette raison que je saisis les opportunités pour aller près des gens afin de communiquer, d’échanger dans l’optique de voir ce qui va ou pas ».

Une mission noble. Surtout que Kamougué Diatta demeure convaincu que son combat aboutira à la paix. « C’est ce que nous voulons. Nous œuvrons pour y parvenir », souligne-t-il lorsque que nous l’avons interpellé au sujet de l’accord signé récemment entre l’un des chefs de la rébellion César Atoute Badiate et l’Etat du Sénégal, le 4 août dernier à Bissau (Guinée). Avant de préciser : « Je n’ai pas à dire s’il s’agit d’une bonne chose ou non. Ceux qui l’ont fait jugent certainement que cela est opportun ».

Armée sénégalaise.

Et à propos des réactions de membres du MFDC tendant à remettre à cause ce nouvel accord, Kamougué Diatta estime : « Cela est probablement dû au fait que ceux-là sont frustrés par rapport à la démarche, pour n’avoir pas été associés ». Il faut signaler que la division au sein de la rébellion est une entrave réelle et participe à l’échec des négociations depuis 40 ans que dure le conflit en Casamance. Dans le courant dui mois d’avril, plusieurs bastions de Salif Sadio ont été démantelés par l’armée sénégalaise.

A la suite de l’humiliation subie en début d’année avec 11 soldats tués et 7 autres pris en otage (avant d’être libérés) par le mouvement indépendantiste de la Casamance.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img