mardi, février 7, 2023
spot_img
AccueilSociétéConfrontation : Ousmane Sonko et Adji Sarr adoptent la stratégie du silence

Confrontation : Ousmane Sonko et Adji Sarr adoptent la stratégie du silence

Il faudra attendre pour connaitre toute la vérité de l’affaire Sweet Beauty. Rien n’est sorti du face-à-face après 8 heures passées (12 h à 20h) dans le bureau juge d’instruction.

La montagne a accouché d’une souris. Il n’y a pas eu de confrontation entre le politicien Ousmane Sonko et la dame Adji Sarr devant le juge Maham Diallo, ce mardi. Dans le cadre de l’instruction du dossier du salon de massage Sweet Beauty. En effet, les deux parties ont opté pour la stratégie du silence sur les faits de viol, qui soutendent la plainte de la victime. Pour le porte-parole des avocats de l’accusé Me Ousseynou Ngom, la tactique « déployée a donné ses fruits, nous sommes satisfaits ».

Avant d’expliquer : « Nous avions entendu la partie plaignante déclarer être pressée de faire cette confrontation. Et que des preuves aller sortir. Malheureusement, on a vu qu’elle s’est emmurée dans le silence absolu. Il faut dire que cette posture ne peut pas être la résultante de celle de l’inculpé (Ousmane Sonko). Les deux parties ne peuvent pas avoir la même attitude. Nous prenons l’opinion publique nationale et internationale à témoin. Mieux, on a décelé des contradictions dans les propos entendus ».

Selon Me El Hadji Diouf, sa cliente Adji Sarr n’a fait que répliquer face au comportement « inattendu » du leader du parti PASTEF. « Il a refusé de répondre aux questions du procureur qu’il accuse de faire partie du complot. Il n’a pas aussi voulu me parler en arguant que je passe tout mon temps à l’attaquer. Ce n’est pas ce qu’on attendait de lui. Alors, Adji a décidé de rendre l’appareil à ses avocats », indique-t-il. En soulignant : « Ils sont en train de manipuler l’opinion en disant que le PV (audition préliminaire) est perdu ».

Concernant la suite de cette affaire, les camps se veulent sereins. « Nous n’allons pas entrer dans le secret de l’instruction. Ce n’est pas à travers la presse que nous sortons des preuves ou plaider », lance Me El Hadji Diouf. Tandis que son vis-à-vis Me Ousseynou Ngom se dit « de plus en plus confiant et à l’aise dans ce dossier. Surtout que le certificat médical a blanchi notre client (Ousmane Sonko). Si on est dans un Etat de droit, il y aura un non-lieu ». Dans la foulée, il démenti l’information comme quoi il y avait des incidents lors des auditions. « Tout s’est déroulé normalement ».

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img