mardi, février 7, 2023
spot_img
AccueilSociétéDeniers publics : « Les détournements, c’est plus une question sociétale »

Deniers publics : « Les détournements, c’est plus une question sociétale »

Un constat majeur : le manque de probité morale au sein de l’administration sénégalaise. Surtout dans la gestion des deniers publics. Le reflet de notre société.  

Pour une énième fois, de hauts fonctionnaires de l’Etat du Sénégal sont au cœur d’un scandale financier. Un rapport de la Cour des Comptes les a épinglés dans un partage malhonnête des fonds Force-Covid 19. Une habitude qui est en train de jeter le discrédit sur l’administration. « Tout citoyen conscient doit déplorer ce qui s’est passé. On a eu des cas pareils décelés dans la gestion des services et organismes publics. Les corps de contrôle nous donnent tout le temps la preuve de malversation du patrimoine national qu’on est sensé bien gérés », commente un enseignant à l’ENA Abdou Fouta Diakhoumpa.

Mais, l’invité de « Remue Ménage » s’empresse de souligner : « Ce qui évident est que l’Ecole nationale d’administration et de magistrature forme de très bons cadres, quoi qu’on puisse dire. Au-delà des gens qui sont indexés, la grande majorité des brevetés de l’ENA sont des gens extrêmement vertueux. Quand on les forme, on ne leur demande pas d’être des détourneurs ». Pour lui, en dehors des règles d’éthique et de déontologie, la question qui se pose sur les détournements de deniers publics dépasse l’ENA, l’administration, les hauts fonctionnaires, c’est une question sociétale ».

Le Pr Diakhoumpa d’argumenter : « Il faudrait qu’on se penche sur la société sénégalaise… A l’Ecole Nationale d’Administration, il n’y a pas un cours sur la magouille. Les étudiants sont encadrés de la meilleure des manières. C’est le cas des DAGES (Directeur de l’Administration Générale et de l’Equipement). Mais quand le produit, qui est livré à l’ENA, n’est pas des meilleurs, quel que soit l’impact de la formation reçue, il va continuer de trainer des tares de la société. Si vous prenez les promotions des années 60 jusqu’à 90, il y avait moins de brebis galeuses qu’à partir de 2000 ».  

Surtout que, sous le régime du Parti Démocratique Sénégalais (PDS), le Président Abdoulaye Wade nommait des DAGES, qui n’étaient pas des fonctionnaires, des Enarques. Cela a sans doute favorisé une grande dépendance à l’autorité hiérarchique et la politisation du poste. Une porte ouverte à tous les dérives. En plus de cela, il y a l’impunité. « Tant que les gens vont se dire qu’ils peuvent le faire et il ne leur arrivera rient du tout, ils continueront de détourner », croit Abdou Fouta Diakhoumpa. Pour ce scandale des fonds Force-Covid, le gouvernement du Sénégal va devoir s’expliquer à l’Assemblée nationale où les députés Guy Marius Sagna et Aminata Touré ont posé des questions d’actualité.  

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img