jeudi, décembre 2, 2021
spot_img
AccueilSociétéFace à la bombe sociale, Assome Diatta commerce difficilement

Face à la bombe sociale, Assome Diatta commerce difficilement

Pour faire face à la flambée des prix, la ministre du Commerce, Aminata Assome Diatta, a pris des mesures pour atténuer l’inflation. Des solutions loin de convaincre les acteurs du secteur qui l’accusent de ne pas être à la hauteur.

Aminata Assome Diatta saura-t-elle contenir cette bombe sociale qui à long terme risque d’embraser le pays ? La ministre du Commerce a présidé ce mardi 31 août un Conseil national de la consommation pour apporter des réponses à la flambée continue des prix des denrées de première nécessité et la situation difficile vécue par les populations sénégalaises. Faisant dans la communication, Assome Diatta a confessé que la hausse des prix dépasse les pouvoirs de l’État du Sénégal. « L’augmentation croissante des cours mondiaux a ainsi entrainé une hausse des prix à la consommation au Sénégal. Cet état de fait conjugué à plusieurs facteurs qui ont pour nom le redressement de l’offre mondiale, la forte augmentation du coût du fret et l’insuffisance de la logistique de transport, a renchéri les valeurs des produits de grande consommation. Dans notre pays, l’augmentation sensible des prix à la consommation de l’huile végétale, du sucre et des céréales comme le blé et le mais a été notée », a-t-elle expliqué. Pour apporter des solutions conjoncturelles, le Conseil national de la consommation a proposé au gouvernement une batterie de mesures comme la suppression de la taxe conjoncturelle à l’importation (Tci) sur le sucre cristallisé importé, la réduction de la taxe d’ajustement à l’importation qui passe de 10 à 5% sur les huiles brutes importées et le maintien de la Tva à 0% sur le riz.
«Ces mesures vont largement atténuer l’impact de la hausse des prix sur les denrées de grande consommation et garantir le pouvoir d’achat des ménages», a renchérit le ministre du Commerce Aminata Assome Diatta.

Cependant, l’optimisme du ministre du Commerce ne rencontre pas l’assentiment des gens du milieu. D’aucuns pensent même que les résolutions de Assome Diatta pour juguler la flambée des prix n’est que de la poudre aux yeux. « Les commerçants sont en train de décrier la ministre, les consommateurs aussi, observe Momar Ndao, le président de l’Association des Consommateurs du Sénégal (Ascosen). Avant on voyait un ministre qui fait des efforts pour obtenir des baisses de produit etc. Mais là, elle a réussi à avoir l’unanimité contraire, parce que tout simplement elle ne s’occupe pas de son travail ». L’économiste Cheikh Bamba Diagne va même plus loin. « Le gouvernement du Sénégal n’a aucun pouvoir sur l’inflation notée actuellement. Le régime de Macky Sall a commis des erreurs l’année dernière avec le confinement dû à la Covid-19. Résultat : les caisses de l’État sont vides alors que la dette du Sénégal a atteint son plafond. Les autorités doivent avoir le courage de dire aux Sénégalais que la situation sera difficile au moins jusqu’à la fin de l’année ».

« Elle est en train de préparer sa campagne pour les locales »

Si les économistes indexent les taxes gouvernementales comme sources du problème, Momar Ndao, lui, enfonce la ministre du Commerce. « La ministre ne s’occupe que de la politique, accuse le président d’Ascosen. Elle est en train de préparer sa campagne ». En effet, Aminata Assome Diatta a mis sur pied un mouvement dénommé Jappo Ak Assome pour aller à l’assaut des communes lors des élections locales de janvier 2022. Originaire de Ziguinchor, la ministre du Commerce lorgne cependant la mairie de Keur Massar, dans la banlieue dakaroise, et laisse le soin à ses lieutenants de batailler en Casamance. Décriée dans son propre camp, l’Apr, pour avoir déserté sa base naturelle casamançaise, Assome donne l’impression d’avoir fait son deuil de la mairie de Ziguinchor. Pour ne rien arranger, ses détracteurs l’accusent de laisser la voie libre à l’opposition, notamment au leader de Pastef, Ousmane Sonko. « Ce que nous attendons vraiment, c’est qu’on ait un ministre du Commerce qui est là pour régler les problèmes des populations au lieu de faire la campagne locale à Keur Massar », déplore encore Momar Ndao.

Assaillie par les problèmes liés à son secteur et son désir de briguer la mairie de Keur Massar, Assome Diatta ne risque-t-elle pas de perdre ses paris ? Face à cette bombe sociale, Maodo Malick Mbaye, Dg de l’Anamo et membre de l’Apr, a prévenu : « Aux locales, notre majorité risque d’être secouée par le Parti de la Vie Dure…. ». Sera-t-il entendu ? Si l’objectif duConseil national de la consommation du mardi 31 août était de faire le point sur la situation du marché international, ses répercussions sur le marché intérieur et les solutions envisagées pour soulager les ménages sénégalais, les avis étaient mitigés à la sortie. La ministre du Commerce, au-delà de ses effets d’annonce, a du pain sur la planche. « Les présentations qui ont été faites par le ministère du commerce concernent seulement les augmentations sur le marché international, or il y a des augmentations qui viennent de l’intérieur et qui n’ont absolument rien à voir avec la hausse des prix au niveau international notamment le sucre. Cela est dû uniquement à de la spéculation organisée. Et nous n’avons pas vu une intervention du ministre pour mettre fin à cette spéculation », conclut Momar Ndao.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img