vendredi, décembre 2, 2022
spot_img
AccueilSociétéHôpital Le Dantec : « L’État est en train d’évacuer les malades et le...

Hôpital Le Dantec : « L’État est en train d’évacuer les malades et le personnel » 

En perspective du lancement des travaux de réhabilitation, les malades internés et le personnel soignant sont priés de quitter l’établissement hospitalier.

Le projet de reconstruction de l’hôpital Aristide Le Dantec de Dakar entre dans sa phase de concrétisation à partir du 1er septembre prochain, avec la pose de la première pierre. Pour cela, il va falloir procéder à un déguerpissement. « Une exigence de l’entreprise espagnole en charge des travaux », selon le coordinateur du collectif pour la sauvegarde de l’infrastructure, Abdoulaye Dione invité de « soir d’infos » sur la TFM. Ainsi, « l’État est en train d’évacuer les malades et le personnel ».

A l’en croire, « on a renoncer au phasage avant de demander à ce que tout le monde quitte les lieux. Même les gros malades, c’est-à-dire ceux qui ont besoin d’un suivi. Une personne qui a un cancer, qui doit faire la chimiothérapie, comment peut-on lui dire de sortir dans un délai d’une semaine. C’est pareil pour ceux qui sont en cardiologie. Le bloc opératoire est fermé par le président de la commission médicale… Un malade ne connaît pas l’agenda politique du président. Cela est une violation des droits de l’Homme ».

Le même sort est réservé aux travailleurs. « Jusqu’à présent leur situation n’est pas réglée. Ils sont dans l’incertitude totale. Pour certains, il est question qu’ils restent chez eux, mais sans aucune garantie. Car 90% du personnel sont des contractuels ou des prestataires. C’est l’hôpital qui les payent un salaire. Il n’y a pas de document signé qui prouve que s’ils vont en chômage technique, ils seront rémunérés. Pour d’autres, on a procédé à leur affectation à Touba, Dalal Diam (Guédiawaye)… Alors qu’aucune voie administrative ne l’autorise ».

Le coordonnateur du collectif pour la sauvegarde de l’hôpital Le Dantec de souligner l’inexistence de plan de déménagement. Les actes posés vont faire l’objet d’un constat par huissier avant de constituer un pool d’avocats pour tenter une action judiciaire. « Nous faisons appel au peuple et aux acteurs de la société civile. L’empressement du gouvernement à démarrer les travaux est suspect. Il faut savoir que la « mort » de l’hôpital serait une catastrophe médicale. C’est la base de la pyramide du système », indique Abdoulaye Dione.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img