samedi, décembre 4, 2021
spot_img
AccueilSociétéLe PROMOGED confié à Ibrahima Diagne

Le PROMOGED confié à Ibrahima Diagne

Ibrahima Diagne est le directeur du PROMOGED, qui vise à moderniser la décharge de Mbeubeuss à Malika. En plus de mettre en œuvre le programme « Sénégal zéro déchet ».

Le projet de Promotion de la Gestion intégrée et de l’économie des Déchets solides au Sénégal (PROMOGED), lancé en grandes pompes le 24 juin dernier, sera finalement piloté par Ibrahima Diagne ancien coordonnateur de l’UCG. La décision est annoncée ce mercredi par le Président de la République Macky Sall en Conseil des ministres.

Le nouveau directeur, ingénieur en génie civil et spécialiste en gestion des déchets solides, environnement et développement durable, connait donc bien ce milieu. Après un passage à la Communauté des Agglomérations de Dakar (CADAK) où il a fait un peu plus de quatre ans comme directeur technique, avant d’hériter des commandes de l’UCG qui venait d’être créée en 2011.

Une entité que Ibrahima Diagne a contribué à faire ce qu’elle est devenue aujourd’hui, après plus de six ans de gestion. Depuis avril 2018, l’ancien président de la Ligue de Dakar de basketball était en service à Green and Smart Africa (société de conseil sur les enjeux du développement durable) qu’il vient de quitter pour un nouveau challenge : donner forme au PROMOGED.

Source Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=fyRXG9dxxrQ

Ce projet cher au chef de l’Etat, qui a été mis en œuvre par le ministère de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique, va permettre l’exécution du programme « Sénégal zéro déchet ». Ainsi, « l’objectif est de renforcer la gouvernance en matière de gestion des déchets solides et d’améliorer le service dans des villes sélectionnées », selon le ministre Abdoulaye Sow.

Avec le PROMOGED, il consiste à donner un nouveau visage (plus assaini) à l’ancienne décharge de Mbeubeuss dans la commune de Malika. Avec l’installation d’une unité de tri et de compostage des déchets. Il est prévu 150 infrastructures de traitement afin de pouvoir couvrir 138 communes de six régions que sont Dakar, Thiès, Sédhiou, Kolda, Ziguinchor, Saint-Louis et Matam. Ce qui va favoriser la création de 3000 emplois.

Le coût global du projet est de 206 milliards dont une grande partie (163 milliards) est financée par les bailleurs de fonds.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img