samedi, décembre 4, 2021
spot_img
AccueilSociétéLe Sénégal dans le top 20 des meilleurs réseaux télécoms d’Afrique

Le Sénégal dans le top 20 des meilleurs réseaux télécoms d’Afrique

Le Sénégal est cité parmi les 20 nations du continent africain qui ont la meilleure qualité de réseaux télécoms. C’est également le 100e sur le classement mondial.

Le Network Readiness Index 2020 met le Sénégal au 11e rang des pays africains avec la meilleure qualité de réseaux télécoms. Un classement qui vient corroborer le rapport d’analyse de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP), réalisé en 2018. Il avait établi que notre pays suivait « les tendances mondiales positives marquées par une croissance des abonnements actifs au large bande mobile, une couverture mobile beaucoup plus élargie (96%), un accès accru à la 3G/4G (90%), à l’internet à domicile avec l’avènement de la téléphonie sur IP ainsi que des avancées technologiques… ».

La preuve que les télécommunications sont en plein développement. D’ailleurs, « ils constituent un secteur stratégique de l’économie nationale et sa contribution à la croissance, non négligeable, est estimée à 4,72%  au  premier  trimestre  2018  (ANSD). Sa valeur du marché était estimée à 729,05 milliards de FCFA et les investissements sont évalués à 97 milliards de francs CFA. C’est le troisième contributeur à la création d’emplois après le secteur des transports et celui des services de restaurations. Sa part est évaluée à 2,4% en 2018 contre 2,6% en 2017. 

Il y a trois ans, « les opérateurs de télécommunications, acteurs clés de l’économie numérique employaient 3.700 personnes dont 65% sont constituées d’emplois permanents contre 35% d’emplois intérimaires. De nombreux emplois informels sont générés par l’activité des télécoms dont la quantification reste difficile ».  Le paysage est caractérisé par la présence de trois opérateurs titulaires de licence ouverts au public : Sonatel SA, Saga Africa Holdings Limited et Expresso Sénégal ainsi que des fournisseurs de services à  valeur  ajoutée  (SVA). 

En 2017, « six nouveaux acteurs sont accueillis dans le secteur. Il s’agit des trois fournisseurs d’accès à Internet (FAI) que sont WAW SAS, ARC Informatique et AFRICA ACESS et les trois opérateurs de réseau mobile virtuel (MVNO) ». Ce qui a occasionné une évolution en valeur avec un chiffre d’affaires de 729.05 milliards de FCFA, réalisé par les trois opérateurs majeurs dans les marchés de la téléphonie fixe, mobile et de l’Internet.  « Cependant le marché de la téléphonie mobile (y compris internet) reste dynamique (463,98 milliards de FCFA). Soit une évolution de 41,48% ».

Le document indique que « le parc de ligne de téléphonie mobile suit une tendance à la hausse avec 16.559.942 lignes en fin 2018. Une augmentation soutenue par les lignes post payées et prépayées qui ont cru de respectivement 22,25% et 4,89%. Corrélativement à la croissance du parc, le taux de pénétration de la téléphonie mobile est à la hausse. Il est de 105,30% en 2018. L’opérateur ORANGE reste dominant même s’il a perdu des parts de marché. Le volume des communications émises des réseaux de téléphonie mobile est estimé à 23,55 milliards de minutes ». 

Les offres tarifaires de la téléphonie mobile « sont composées des offres post payées et des offres prépayées qui nécessitent la disposition d’unité, via le rechargement, pour émettre des appels, envoyer des SMS et/ou se connecter à Internet. Concernant les offres promotionnelles, les opérateurs ont offert 573 promotions sur le marché de la téléphonie mobile. Expresso en a plus proposé (215), suivi de Orange et Tigo (devenu Free) pour respectivement 204 et 154. Le parc total de lignes internet est de 10.526.822 en 2018, en hausse de 9,57%. Le taux de pénétration établit à 66,94% ».

Pour les parts de marché internet (offres fixes filaires ADSL et fibre, offres Internet mobile 3G/4G), « l’opérateur Orange reste dominant (67,15%) devant Tigo (devenu Free) et Expresso pour respectivement 26,01% et 6,82% ». Une répartition favorisée par un bon cadre juridique « qui a connu des évolutions notoires grâce  à  la  nouvelle  loi  (2018‐28  du  12 décembre 2018 portant code des communications électroniques) marquées par l’allègement des régimes juridiques, l’encadrement de la concurrence par le renforcement des pouvoirs du régulateur (pouvoir d’auto saisine et sanctions pécuniaires) ». 

2 Commentaires

  1. Ce serait bien d’éduquer et conscientiser les populations sur les enjeux , avantages, risques de cet outils incontournable dans un monde transformé par la pandémie .

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img