lundi, décembre 6, 2021
spot_img
AccueilSociétéMédecin urgentiste et patron de Suma Assistance : Dr Babacar Niang, le...

Médecin urgentiste et patron de Suma Assistance : Dr Babacar Niang, le désillusionniste

S’étant illustré depuis le début de la pandémie par ses discours iconoclastes et sortant des sentiers battus, le Dr Babacar Niang de Suma Assistance s’érige comme un contre-pouvoir face à la politique sanitaire du régime en place.

Ses rires brefs masquent toute la tension suintant dans les discours du bonhomme. Dr Babacar Niang, médecin urgentiste et patron de Suma Assistance, n’est pas homme à mâcher ses mots au moment de diagnostiquer la politique sanitaire du ministère de la Santé face à la Covid 19 et au variant Delta. Face au tout-vaccin décidé par les autorités sanitaires, l’urgentiste siffle une autre chanson. Pour lui, qui ne s’est toujours pas vacciné, les sérums venus du monde entier sont loin d’être l’antidote tant attendu.

« On ne peut pas jurer de l’efficacité de vaccins fabriqués en l’espace de quelques mois même si c’est pour faire face à une urgence, sérine le patron de Suma Assistance. Qu’en sera-t-il des effets secondaires sur les vaccinés dans 10 ans ? » Une forme de discours, plus déconstructeurs les uns que les autres, pas pour le réconcilier avec l’orthodoxie gouvernementale et son ministère de tutelle.

Convoqué ce mercredi 4 août à la Brigade de Recherches de Faidherbe (BRF), suite à une plainte du ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr, pour ses propos sur un supposé scandale relatif à la vente de matériel médical du secteur public au secteur privé, le Dr Niang dit «rester droit dans (ses) bottes ». Il ajoute : « Le ministère de la santé a mis en place un organe disciplinaire qu’on appelle l’ordre des médecins du Sénégal. En dehors du crime, on a pas le droit de convoquer un médecin faisant partie de cette instance tant que celle-ci n’a pas statué sur le cas du concerné. Avec tous les médecins autour du ministère, parler de plainte, c’est méconnaître son travail ».

Ses détracteurs le soupçonnent de vouloir se faire une publicité avec ces polémiques, de profiter de la situation pour régler ses problèmes de médecin-urgentiste issu du privé et enfin de manoeuvrer pour attirer l’attention du Président Macky Sall. Il enfonce le clou et botte en touche : « Avec cette convocation à la police, les médecins indépendants comme moi risquent de ne plus donner leurs avis sur la question ».

Nargue-t-il l’autorité derrière ses certitudes qui ont fini de diviser le milieu ? Lui plaide plutôt pour une sorte d’Assises du secteur de la Santé afin de doter définitivement le Sénégal d’un système de sanitaire fort. Sera-t-il entendu ? Suite à ses révélations de dimanche dernier concernant le corona-business, le gouvernement a réagi et à décider désormais de prendre en charge le coût de l’oxygène des Centres de traitement des épidémies (CTE) des cliniques privées dans le cadre de la riposte à la Covid-19. « Nous sommes dans une riposte où l’Etat va réguler de manière globale l’oxygène médical pour le public et pour le privé et sur instruction du président de la République, l’oxygène à livrer aux CTE qui sont dans le privé sera gratuit pour le malade», a embouché le ministre Abdoulaye Diouf Sarr.

Sur ce débat en général entourant la gestion de la Covid-19, le Dr Babacar Niang est sans nuances : le gouvernement du Sénégal aurait dû mettre en place un Comité scientifique indépendant regroupant des spécialistes comme lui pour donner des pistes de réflexion et de solutions au Comité national de gestion des épidémies.

« On ne peut pas faire de la réflexion sur la médecine avec 40 personnes dans une pièce et des autorités au contrôle, explique le médecin urgentiste. Un médecin faisant partie de ce Comité de gestion a même avoué que durant les réunions, les gens se tournent les pouces ou se tiennent la tête et prennent à la fin leurs enveloppes et s’en vont sans créer de polémiques ».

Le Dr Babacar Niang est implacable sur la question : les politiques ont accaparé le terrain au détriment des vrais spécialistes et scientifiques. « Le ministère de la Santé n’a jamais eu une réflexion sérieuse et profonde sur cette 3éme vague. La directrice de la Santé se limite juste à dire qu’il faut que le personnel de la santé soit protégé pour povoir soigner les malades. Et ma convocation à la police par le ministre de la Santé prouve que la question de la 3ème vague est politisée », assène le patron de Suma Assistance. Toujours droit dans ses bottes.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img