jeudi, décembre 2, 2021
spot_img
AccueilSociétéMinistres en difficultés : quand Diouf Sarr file le virus à Oumar...

Ministres en difficultés : quand Diouf Sarr file le virus à Oumar Gueye

Très critiqués et affaiblis par leur gestion de la Covid-19 et des inondations au Sénégal, Abdoulaye Diouf Sarr et Oumar Guéye, respectivement ministre de la Santé et ministre des Collectivités territoriales vivent des heures sombres.

Sur la sellette, du fait de la profonde polémique née des inondations récurrentes en banlieue dakaroise, le ministre des Collectivités territoriales, du développement et de l’Aménagement des Territoires, Oumar Guéye, est l’un des membres du gouvernement les plus exposés du moment. Acculé par les critiques, assailli par les questions sur ses responsabilités sur ce sinistre, obligé de répondre aux nombreuses sollicitations médiatiques, Oumar Guéye vit des heures difficiles. La mine renfrognée, le regard noir et le visage des mauvais jours en perspective, le ministre des Collectivités territoriales multiplie les plateaux télés pour essayer d’éteindre l’incendie. L’appel à la démission lancée par ses nombreux détracteurs, depuis la survenue de ces fortes pluies ayant secoué la banlieue, n’est pas sans rappeler la même mésaventure arrivée à son homologue de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, interpellé également sur sa gestion de la pandémie de la Covid-19.

Face à une riposte efficace contre la troisième vague de la Covid-19, le manque de clairvoyance et de leadership du ministre de la Santé et de l’Action sociale a été mis à nu par nombres d’observateurs. En plein mois de juillet, les Sénégalais découvrent avec effroi le caractère létal du variant Delta. La campagne de vaccination se révèle un échec au regard du taux de vaccinés au Sénégal. La deuxième dose est en rupture dans le pays. Les médecins et autres spécialistes se déchainent et se livrent à des guerres de chiffres. Le nombre de morts augmente alors que le pays est au bord de l’asphyxie. Hôpitaux et soignants montrent leurs limites. « Il n’y a comme solution pour le moment que de se vacciner », déclare alors le ministre de la Santé. Un médecin après la mort ? Après cet appel, les Sénégalais se ruent en masse dans les centres de vaccination. « La troisième vague a mis à nu l’échec de la stratégie du régime. J’ai plusieurs fois insisté pour rappeler le caractère critique des investissements visant à renforcer les CTE en capacité de traitement des cas sévères et graves », dénonce même le député Mamadou Lamine Diallo. Abdoulaye Diouf Sarr est accusé d’être complètement passé à côté de l’essentiel. A défaut d’être limogé par le président Macky Sall, sa démission est réclamée.

Comme Diouf Sarr, Oumar Guéye pourra-t-il renverser momentanément la tendance ? Le ministre des Collectivités territoriales a quitté le douillet de son bureau pour investir le terrain ces derniers jours. Hier, les pieds dans l’eau, il a fait un direct à la télé depuis les zones sinistrés. Ce dernier weekend, en compagnie du ministre de l’Intérieur, il a plongé dans les eaux boueuses de Keur Massar. Comme en temps de guerre, Oumar Guéye préfère enfiler la tenue de combat. Le plan Orsec, déclenché par le ministère de l’Intérieur, semble lui servir en ce moment de bouée de sauvetage. « La pression va être maintenue voire renforcée, le but fixé va être l’évacuation des eaux et également secourir les populations par une mobilisation de tout le gouvernement, les services de l’Etat avec le ministère de l’Intérieur, l’administration territoriale, le groupement des Sapeurs-pompiers et tous ce qui peuvent apporter leur contribution pour évacuer les eaux et aider aussi les populations en leur apportant des soutiens de manière significative », a expliqué le ministre des Collectivités territoriales.

Pour peu, aussi bien Abdoulaye Diouf Sarr qu’Oumar Guéye auraient dû rendre les tabliers. Leurs fautes ou responsabilités dans la prévoyance des calamités (troisième vague Covid-19 et inondations) touchant le Sénégal sont engagées. L’un et l’autre sont encore sur la sellette. Cependant, l’un et l’autre sont des hommes politiques de premier rang dans le dispositif de l’Apr et de Benno Bokk Yakaar. En cette veille d’élections locales, leur leader politique, Macky Sall, n’engagera aucune sanction qui pourrait affaiblir son camp. C’est aussi cela une république bananière.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img