lundi, décembre 6, 2021
spot_img
AccueilSociétéRacine Talla, "la chute libre d'un tout-petit dg de presse"

Racine Talla, « la chute libre d’un tout-petit dg de presse »

Incarnation du service public sénégalais, la Rts est divisée par une lutte de pouvoir à tous les niveaux. Au détriment de la qualité de ses ressources humaines et de sa pérennité. Maison de verre, la Radio Télévision Sénégalaise (Rts) craquèle en ce moment de toutes parts. Rattrapée par ses vieux démons et une guéguerre entre syndicats-maison (l’Intersyndicale Cnts-Synpics contre l’autre branche Synpics proche du DG, Racine Talla), l’institution vit des heures troubles. Dans le même ordre d’idées, diantbi.com vous propose in extenso le « coup de gueule » du journaliste de la RTS Issa Thioro Guèye qui a traité Racine Tall de « tout-petit  » DG de presse, lunatique et tatillon dans ses choix » de management.

CRISE DE MANAGEMENT : l’avis d’un cadre sur la chute libre d’un tout-petit « dg de presse » —-

Dans ce Sénégal où l’on aime beaucoup parler de vision, il y a un tout-petit  » DG de presse », au regard éteint.Pour un sexagénaire à la retraite depuis près de cinq (5) ans, il traîne une fougue et un esprit sacrément entretenu par un culte de la personnalité et une tendance à la déviance aussi débordante que la militance à la Rheydt de Goebbels ou « l’irraison » de Hegel sur la grande histoire des hommes.Ce tout-petit personnage est dans une bulle unique, se croyant supérieur à tout. Il passe tout son temps à narguer les autorités et à larguer la vérité loin des champs du réel pour apposer le virtuel sur une Rts, équipée du sceau de l’irréel et de la fourberie.Le cynisme est son option de management.

Chaque jour qui passe, la myopie le conduit, un peu plus sur les chemins de l’abîme inévitable.À tout vent, la cécité le consume, tel un feu à éteindre avec du fuel.À la RTS, ce tout-petit « DG de presse » ne connaît point et ne voudrait absolument pas reconnaître la qualité des hommes encore moins celle des programmes.Respecter les Sénégalais en leur offrant des contenus de contexte et de raison ne l’intéresse guère. Tout ce qui l’intéresse est de manipuler et de faire manipuler pour rester, pince-sans-rire, dans les bonnes grâces du palais à qui il fait perdre involontairement et quotidiennement des milliers voire des millions de vues et de likes.

Loin s’en faut! Il définit et juge les gens, dans leur engagement professionnel, alors qu’il est loin d’inspirer le moindre conducteur d’un journal qu’il rafistole, même alité, tous les soirs comme s’il était le seul au monde à pouvoir le faire valider, exercice honteux qu’il a vulgarisé et imposé. »Est bon journaliste celui qui ne vit que pour mes envies et désirs éditoriaux » : dit-il à longueur de venelles et de traboules, lorsqu’il se met à vouloir justifier ses faits de gloire alors qu’il ne sait RIEN de la télévision et peu de la radio.Il faudra chercher longtemps pour espérer retrouver un reportage ou papier de qualité qu’il a signé dans sa carrière de « journaliste théoricien ». »Être compétent » ne signifie rien, à ses yeux. »Un chambellan est cadre à la place du cadre; un rabatteur est supérieur au tenant du volant » : se plaît-il toujours à imposer dans sa conception de l’organigramme, au mépris de la compétence et du mérite.

Racine Talla, DG RTS.

L’homme est à l’image de ce phare ô combien défectueux, dont le gardien ne peut ni en assurer le bon fonctionnement ni surveiller la navigation, pour éviter aux marins, dans la nuit, de se perdre. Ceux de la RTS ne pourront pas éviter les récifs…Il est vrai que, dans cette tribune, l’objectif est d’appeler les Sénégalais à un sursaut national pour sauver l’audiovisuel public en invitant, avec tout le respect qui sied à son rang, Monsieur le Président de la République à statuer sur son sort. Sans doute peut-il le servir, mais ailleurs que là où il se trouve.Mais… mais.Au regard de la manière dont il a développé autour de lui un culte de la personnalité soutenu par un cynisme à peine voilé et un mépris des lanceurs d’alerte, on se doit, volontiers et à juste raison, de se poser des questions sur le pourquoi de ses choix lunatiques et brouillons.

Au vu et au su de ses réactions intempestives, consistant à nommer et à dégommer, aussitôt et à l’emporte pièce, on se doit surtout de poser un diagnostic clinique pour comprendre qui est cette racine du mal à la Rts. Mon cher tout-petit « DG de presse », alea jacta est… comme dit la locution latine : « le sort en est jeté ». Dans ce MALAISE SANS PRÉCÈDENT qui rythme depuis peu le quotidien de la RTS, me voici bien portant dans mon grand boubou de l’honneur et de la dignité, cher aux braves résistants de notre Sénégal, pour faire battre le cœur du peuple et combattre le MAL au prix de ma carrière, je le sais !Mon cher tout-petit  » DG de presse », je m’y emploie, non pas avec des armes non conventionnelles utilisées contre d’honnêtes travailleurs à bout portant, mais plutôt à l’aide de cette présente lettre ouverte au Président de la République et au contribuable sénégalais, seul patron du service public…

Et, ce n’est point pour enfoncer un dernier clou dans le cercueil d’un management désastreux que nous élevons la voix pour la première fois.C’est parce que nous, professionnels de l’audiovisuel public, n’en pouvons plus.Monsieur le Président de la République,Chers compatriotes,Nous sommes asphyxiés et tenons à jouer la carte de la SURVIE PROFESSIONNELLE. Soit, dans le contexte de crise actuelle, c’est le dirigeant actuel qui reste aux manettes et nous exclut de notre environnement professionnel, comme il le fait toujours; soit, ce sont nous qui restons pour servir et entretenir professionnellement la Rts comme nous l’avons toujours fait, bien avant que n’arrive celui qui nous dirige avec ses pratiques d’exclusion et de mise à l’écart dont il est le seul au monde à en avoir et savoir le secret… Si c’était un gouvernement il battrait le record du monde des remaniements.Je le répète : il est d’un cynisme et d’un machiavélisme à nul autre pareil, consistant uniquement à briser d’honorables travailleurs qui ne soient pas de son bol, de son bord.

Racine Talla, DG Radio Télévision Sénégalaise (RTS).

Et pourtant, ô que nous étions motivés à l’idée de le soutenir et de l’accompagner dans ses missions pour que scintille l’audiovisuel public. Monsieur le Président de la République,Chers compatriotes,Le présent management est mort. Il n’incarne point l’avenir et n’a jamais été porté par une vision. J’insiste! Mais plutôt par un opportunisme sans égal. Ce qui reste est de « raccompagner aux cimetières sa dépouille ». Que tout le monde se le tienne pour dit : les contradictions sont devenues un crime. Nous sommes en deuil, parce que le MAL a tué à la RACINE les talents, les motivations et ingénieries autant éditoriales que techniques ou administratives.

Le moment est gravissime.Il appelle en extrême urgence pour des mesures à la fois fortes et symboliques impliquant le RENOUVELLEMENT SANS DELAI de la direction générale et l’inhumation du MAL.Pour cette cause, nous avons pris toutes nos responsabilités en rendant public tout ce que nous endurons sous le poids du grand MAL. Nous ne le dirons jamais assez, chers compatriotes : « nous sommes à bout de souffle. La souffrance de mise au placard a trop duré. Et, elle est faite pour rien.

Si ce n’est pour briser des carrières et favoriser l’amateurisme de thuriféraires de l’oeuvre pas d’un seul DG mais de plusieurs DG « . Le tout-petit  » DG de presse » est lunatique et tatillon dans ses choix.L’homme est clivant et colporte un égo démesuré que rien ne justifie. Il a transformé la Rts en une grande borne fontaine, avec un management secondaire qui n’a que la dispute et la calomnie à la bouche.Il est un adepte de la pensée unique, qui passe tout son temps à tendre aux affabulateurs de service L’OREILLE UNIQUE et à mal orienter sa vue borgne sur les « dévoués à la tâche ».Cela fait neuf (09) ans ou presque qu’il est à la tête de la Rts mais l’homme n’est pas à sa place… Il ne fait rien pour moderniser le contenu des JT, si ce n’est de remplir le journal d’éléments du commercial, de rediffusion, et de sujets de propagande qui désynchronisent l’image du CHEF DE L’ÉTAT.

Issa Thioro Guèye, journaliste à la Radio Téléviision Sénégalaise.

Monsieur le Président de la République,Chers compatriotes,A la Rts, il y’a un tout qui s’appelle LA MÉFIANCE. Le tout se vit à un rythme croissant avec une injustice débordante, des pressions incessantes, une terreur persistante, des brimades psychologiques, un isolement quotidien, un rejet viscéral de l’autre, une angoisse, des doutes et redoutes permanents, des frustrations à répétition.Le tout se décline aussi en plusieurs ACTES, avec une routine extrêmement marquante et un temps si violent qu’on n’oublie jamais.Les autres mots de ce tout sont : favoritisme, copinage, patrimonialisation des rédactions et autres services, harcèlements, complotage, persécutions, disputes interminables, confiscation du travail collectif, engueulades interminables, esprit vindicatif, manque de reconnaissance et d’humilité, incompétence, nivellement par le bas, absence d’une cohérence rédactionnelle basée sur des options de traitement et de diffusion de l’information. Évidemment, a raison Arthur Conan Doyle qui, dans une pensée intitulée « Sherlock Holmes », note que rien « n’est petit pour un grand esprit”. L’engagement s’appelle maintenant la RÉFORME ou la RÉVOLUTION.

Une nouvelle Rts doit absolument voir le jour sans la RACINE DU MAL et sa médiocre gouvernance… alors qu’on a toujours cru qu’il pouvait gérer la RTS sans humeur… sans rumeurs et des plus folles. Hélas, depuis qu’il a accepté de mener la vie dure aux honnêtes travailleurs, le tout-petit est en chute libre dans l’air.Que tous les pompiers soient armés pour rendre la plongée moins catastrophique.Les syndicalistes ne sont plus seuls sur le terrain de la défense des intérêts matériels et moraux des agents de la Rts.Les cadres, soucieux de la survie de l’entreprise, sont bien là, à leurs côtés pour que cesse enfin, tel un virus meurtrier, un MAL qui a pris racine depuis 2012 pour ne rien apporter au peuple, seul patron de l’audiovisuel public.

En commettant cette tribune, je fais mienne la devise des jambars : on nous tue, on ne nous déshonore pas.En commettant cette tribune, je renvoie en écho déchirant dans le ciel gris de la Rts toute la somme des sacrifices consentis par le membre du bureau des cadres que je suis, sans jamais en attendre le moindre dû.Allah, l’Unique DIEU, le Généreux, le Maître des cieux, reconnaîtra toujours le mérite. ———-

Issa Thioro Gueye, – Editorialiste Senior (validation éditoriale)

– Formateur en télévision (de 2013 à 2021)- Conseiller chargé des études, de la stratégie et du développement (2011-2012)- Redacteur en chef, coordonnateur des actualités regionales (de 2012 à 2021)

– Membre du comité de pilotage, de conception et de réalisation de toutes les chaînes régionales et thématiques (Rts2, Rts3, Rts4, Rts5, life Tv, news Tv, dinné Tv – de 2013 à 2021).

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img