jeudi, décembre 1, 2022
spot_img
AccueilSociétéTension préélectorale : Le Président Macky Sall marque son indifférence

Tension préélectorale : Le Président Macky Sall marque son indifférence

La situation chaotique que traverse le Sénégal depuis quelques semaines n’était pas à l’ordre du jour du Conseil des ministres, ce mercredi.  

Les incidents de vendredi dernier à la suite du rassemblement interdit de l’inter-coalition politique « Yewwi »/« Wallu » ont exacerbé la tension préélectorale des Législatives 2022 (31 juillet). Avec encore des morts (4 jeunes au total entre Dakar, Bignona et Ziguinchor), des dégâts collatéraux (saccage de station d’essence, de biens privés) ainsi que plusieurs arrestations dont des leaders de l’opposition. Une situation de chaos total qui est passée sous silence par le gouvernement du Sénégal.

En effet, si l’on se fie au communiqué du Conseil des ministres de ce mercredi, le Président de la République Macky Sall n’a pas abordé la question. Bien qu’elle soit préoccupante voire dangereuse. Son Excellence a juste « réitéré son attachement particulier au déroulement, dans les meilleures conditions, des élections avec une forte mobilisation des électeurs ». La preuve que l’Etat est dans la posture de faire respecter son autorité. Il y a près de deux semaines, le ton était donné dans un entretien accordé à RFI et France 24.

Un extrait : « Les menaces sur la non tenue des élections, ça c’est devant nous. Le pays va organiser ces élections. Le Conseil constitutionnel a décidé… Quand il prend une décision, ça s’impose à tout le monde. Pourquoi lors que c’est défavorable l’opposition, on appelle à la fin du monde ? Ce n’est pas comme cela qu’on respecte la démocratie. S’il y a des blocages, ils se géreront conformément aux lois et règlement du pays (…) Il faut éviter de prendre les évènements de mars 2021 (14 manifestants tués) comme une référence absolue ».

Et de souligner : « Les Législatives sont organisées par un code et un système électoraux, qui font la fierté du Sénégal. Si on est un pays stable ce n’est pas un hasard. C’est le produit de concertations pendant 16 mois et de consolidation… Concernant la parité, on ne peut pas revenir en arrière. Une liste non paritaire est éliminée tout simplement. La loi est dure, mais c’est la loi ». Que l’opposition en particulier les coalitions « Yewwi Askan Wi » et « Wallu Sénégal » se le tienne donc pour dit.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img