dimanche, décembre 5, 2021
spot_img
AccueilSociétéTension sociale : Abdoulaye Bibi Baldé, le principal problème de la Poste...

Tension sociale : Abdoulaye Bibi Baldé, le principal problème de la Poste ?

Rien ne va plus à la Poste Sénégal où les travailleurs pointent du doigt la « gestion gabégique » du directeur général, Abdoulaye Bibi Baldé.

Le Syndicat National des Travailleurs de la Poste et des Télécommunications (SNPT) était cet après-midi au siège du mouvement FRAPP (Front pour une Révolution Anti-impérialiste Populaire et Panafricain). L’objet : obtenir le soutien de Guy Marius Marius Sagna et compagnie dans le bras de fer avec le directeur de l’entreprise, Abdoulaye Bibi Baldé accusé d’avoir instauré « une gestion de dilapidation » de la Poste. « C’est ce que faisait son prédécesseur, alors qu’il était la tutelle technique. Donc, il est censé connaître les problèmes pour y apporter des solutions. Malheureusement, la situation s’est empirée », a dit le secrétaire général du SNPT, Ibrahima Sarr face à la presse.

Avant de détailler : « On voit des choses extraordinaires à la Poste qui se traduisent par des recrutements abusifs, au-delà des besoins. Nous avons un effectif de plus de 4500 personnes. Si on faisait un audit, on allait déceler des emplois fictifs. Le directeur fait à la limite du je-m’en-foutisme. Il est venu avec sa « cour », une bande de copains dans laquelle on trouve des fonctionnaires, des proches, des gens qui sont dans l’équipe municipale (de la région de Kolda dont il est le maire depuis 2014). Certains sont visibles, d’autres non. Il a fait pour les uns des contrats à durée indéterminée et les a reclassés à un niveau de cadres supérieurs de l’Etat ».

Pis, « Abdoulaye Bibi a nommé un secrétaire général de la Poste qui est un professeur à l’université Assane Seck de Ziguinchor. On lui a fait un contrat de prestataire avec des émoluments supérieurs à ceux des directeurs. Ces déplacements pour aller enseigner sont pris en charge par la Poste. En réalité, il ne connaît pas l’entreprise, il est venu pour en tirer profit. C’est pareil pour l’adjoint du maire de Kolda qui a un salaire de directeur en plus des avantages. Ce que ce dernier n’a pas nié lors d’une confrontation avec le syndicat. Ils profitent des ressources de la Poste sans vraiment y travailler. Ils sont là-bas pour explorer des niches, exercer des pressions sur les personnes vulnérables ».  

Selon Ibrahima Sarr, la société fait face à une tension de trésorerie très dense, qui serait la conséquence de dépenses inopportunes et à quelque chose qui ressemble à un détournement de fonds. « En 2020, le Directeur a attribué des marchés bidons pour lesquels la Poste ne tire aucun intérêt. Les 15 milliards F CFA du premier trimestre, on ne sait pas où est passé l’argent. Quand on lui a demandé, il dit avoir payé des salaires et autres. On sait qu’il crée des couloirs pour pouvoir justifier certaines malversations. On croit que ça a été utilisé à des fins politiques. D’ailleurs quand il part à Kolda, c’est en convoi avec les voitures de la Poste. Alors qu’il a une indemnité de carburant de 600 000 F CFA ».  

Source youtube : https://www.youtube.com/watch?v=6mmIuDUZhRQ

Pour le SNPT, ce comportement dans une société moribonde est incompréhensible. « On est en train de piller la Poste.  Les Directeurs, qui se sont succédé, prennent ce joyau national comme un outil personnel pour caser et entretenir leur base politique », lance Ibrahima Sarr qui ne sera pas seul dans le combat. Le FRAPP s’est engagé à être aux côtés des travailleurs à chaque fois qu’il faudra descendre sur le terrain. Et le leader de ce mouvement citoyen Guy Marius Sagna demande à Abdoulaye Bibi Baldé « de comprendre que la Poste n’est pas son « dibi » (c’est de la viande grillée au feu de bois accompagnée d’oignons) ».

A en croire l’activiste, « si rien n’est fait, là où on va ce sera plus difficile. L’objectif est la privatisation de l’entreprise comme le sont déjà d’autres. C’est ce que les institutions de Bretton woods veulent (…) Tout ce qui se passe actuellement, il faut s’attendre au pire. Mais ce n’est pas une fatalité, il est possible d’éviter cela, de changer les choses. Et le FRAPP est votre allié majeur ». Avant d’inviter le Président Macky Sall à se mettre à l’écoute des Sénégalais. « C’est ainsi qu’on pourra échapper au drame du mois de mars dernier. La tension sociale ne fait qu’engendrer de la violence ».

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img