vendredi, décembre 3, 2021
spot_img
AccueilSportsAbdoulaye Sow, le nouvel homme fort du football sénégalais

Abdoulaye Sow, le nouvel homme fort du football sénégalais

Influent membre de la Fédération sénégalaise de football et non moins ministre de la République, Abdoulaye Sow incarne à lui tout seul la main-mise du pouvoir actuel sur le football sénégalais.

Fraîchement réélu pour un troisième mandat à la tête de la Ligue de football amateur (LFA), avec un score stalinien (299 voix contre 83 pour son adversaire, Ousmane Iyane Thiam), Abdoulaye Sow est reparti encore pour 4 bonnes années comme vice-président à la Fédération sénégalaise de football. Homme de main ultra-influent du président de la Fsf, Augustin Senghor, Abdoulaye Sow, ce cumulard achevé (il est en même temps le président de l’As Kaffrine et ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique), est la caution du régime en place dans ce football local aux énormes enjeux politiques.

«Je dédie cette victoire à Macky Sall…». Tels ont été les premiers propos du patron du football amateur sénégalais après sa réélection ce vendredi à la tête de cette ligue qui lui sert de couvercle pour maintenir son autorité à la fédération sénégalaise de football. Dédier cette victoire à Macky Sall revient à confirmer la main-mise du pouvoir sur cette fédération. S’étant démené corps et âme pour la réélection d’Augustin Senghor, et théoricien du consensus, Abdoulaye Sow surfe sur la vague du conservatisme. Son candidat et celui du pouvoir, Augustin Senghor, est le seul profil capable à leurs yeux de tenir la maison, d’éviter les frondes et autres oppositions. Réélu en 2013, le second mandat du maire de Gorée à la tête de la Fsf a coîncidé avec l’arrivée au pouvoir du Président Macky Sall. Depuis, à travers ses ministres des Sports (dont Matar Bâ) et ses hommes à la fédé (dont Abdoulaye Sow), le pouvoir a appris à beaucoup combiner avec Senghor.

L’homme ne s’en cache et tout le milieu est au courant : à long terme, il veut briguer la présidence de la Fédération de football. Il se dit même dans les coursives de la fédé que le président de la Ligue de football amateur (LFA) aurait «négocié » avec Augustin Senghor un départ anticipé (sous forme de démission) en cas d’échec à la prochaine CAN 2022 au Cameroun. Abdoulaye Sow se retrouverait alors à la tête du football sénégalais et Augustin Senghor garderait sereinement son poste de premier vice-président à la CAF. Eventualité ou simple supputation ? Les actes posés dernièrement, surtout en coulisses, tendent à donner du crédit à l’arrangement entre amis pour tenir le football sénégalais. « En fait, le vrai patron du football sénégalais c’est bien Abdoulaye Sow et non Augustin Senghor », souffle sous le couvert de l’anonymat cet acteur du football sénégalais.

Venu se mêler à ce débat, comme un cheveu dans la soupe, le très courageux Mady Touré, challenger d’Augustin Senghor, a-t-il mesuré les portées politiques de cette élection. Il semble que oui. Mais, très tôt, le très arrogant Abdoulaye Sow l’avait prévenu : « Nous ne céderons pas cette fédération à n’importe qui et n’importe comment ». Autant dire que le pouvoir en place est ferme là-dessus : d’ici 2024 et l’élection présidentielle, pas question de céder une once de terrain à toute opposition.

1 COMMENTAIRE

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img