dimanche, janvier 16, 2022
spot_img
AccueilSportsCAN : « Les Sénégalais ne doivent pas se laisser leurrer par...

CAN : « Les Sénégalais ne doivent pas se laisser leurrer par le classement FIFA »

Les Lions doivent se battre sur le terrain pour espérer gagner l’édition 2021 de la CAN de football (9 janvier – 6 février). C’est la conviction de l’ancien ministre des sports, Abdoulaye Makhtar Diop.

Le Sénégal est au sommet du football africain depuis 36 mois (soit 2 ans 8 mois). Un record. Un atout majeur en perspective de la 33ème Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Mais cela ne garantit pas la victoire finale, au soir du 6 février prochain à Yaoundé. L’ancien ministre des sports Abdoulaye Makhtar Diop (invité du « Grand Jury ») confirme : « On peut avoir une grande équipe, comme on en a aujourd’hui… Elle est parmi les meilleures, elle n’est pas la meilleure. Parce que le classement FIFA n’est pas fiable (…) Les supporters des Lions ne doivent pas se laissent leurrer. Il faut que les joueurs se battent ».

Avant d’étayer ses doutes sur le ranking mondial, qui ne reflète pas la réalité du terrain : « L’Algérie gagne la coupe d’Afrique (en 2019, contre le Sénégal), aligne 35 matchs de suite sans défait, gagne dernièrement la Coupe arabe et ne figure même pas dans le « top 2 » africain. L’autre exemple, c’est la Belgique qui n’a jamais remporté l’Euro, ses clubs ne brillent pas, et elle occupe la tête du classement depuis longtemps. Cela suscite des questionnements par rapport aux critères… ». Toutefois, il croit à la baraka qui accompagne le sélectionneur national Aliou Cissé. Même si « l’atmosphère des joutent continentales reste préoccupante ».

Classement FIFA du mois de décembre

A propos des moyens financiers déployés par l’État, le ministre Makhtar Diop souligne : « On peut gagner la Coupe d’Afrique avec moins ou plus de 5 milliards F CFA (la somme prévue). En vérité, le budget d’une compétition de ce type est connu : transport aller (le retour est pris en charge par la CAF), primes des joueurs, frais d’hôtel… Maintenant, le gouvernement peut y ajouter des surplus. Après ce n’est pas l’argent qui fait gagner, les joueurs peuvent se passer de primes en d’autres circonstances. Il ne faut pas qu’on entraîne l’opinion dans ces considérations ».

Pour preuve : « La Zambie qui a gagné la coupe en 2012 ne parvenait même pas à payer les primes de ses joueurs. Cette compétition, c’est une affaire personnelle des joueurs et de l’entraîneur. Ce sont eux qui voient leur valeur marchande augmenter ». En clair, la balle est dans le camp de la bande à Sadio Mané, qui a l’opportunité d’entrer dans l’histoire du football sénégalais et, surtout, africain. Après les échecs répétés en 2017 (Gabon) puis 2019 (Égypte), avec comme bourreaux les vainqueurs de ces éditions que sont le Cameroun (quart) et l’Algérie (finale).

Finale édition 2019 au Caire : Sénégal / Algérie

Ce que le chef de l’État Macky Sall ne devrait pas manquer de rappeler aux Lions lors de la remise du drapeau national cet après-midi au palais de la République. Avant que la délégation ne s’envole ce soir en direction de Bafoussam où est logée la poule B, qui regroupe le Sénégal, le Zimbabwe, le Malawi et la Guinée. Premier match, le lundi 10 janvier prochain.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img