lundi, décembre 5, 2022
spot_img
AccueilSportsKarting Sénégal : La fin d’une saison normale à déficitaire

Karting Sénégal : La fin d’une saison normale à déficitaire

Pour la journée de clôture, les jeunes pilotes (7-15 ans) de karting ont offert un beau spectacle, qui masque les difficultés auxquelles les organisateurs ont été confrontés.

Clap de fin. Le Chrono racing club de karting du Sénégal a clôturé sa saison 2022 dimanche dernier sur le circuit sis au stade Léopold Senghor. Avec les compétitions de la 6ème journée qui a permis à Samuel Bittar de valider son sacre dans la catégorie Rotax (juniors). C’était l’aboutissement d’un exercice tronqué : « Nous n’avons pas au lieu les 8 journées habituelles, parce qu’il y avait de petits soucis pour pouvoir disposer du stade. Il a fallu de longues négociations… », informe le directeur de course Gilbert Dacruz.

En plus de cela, les responsables de ce sport mécanique n’arrivaient pas à boucler le budget prévu. « Nous avons des problèmes de sponsoring, alors que les charges pour chaque journée sont coûteuses. Le karting est une discipline comme toutes les autres. Nous lançons ainsi un appel aux sociétés ou entreprises, il faut qu’elles viennent nous aider pour que nous puissions bien organiser les compétitions. Nous avons besoin de leur coup de pouce », a lancé notre interlocuteur.

Samuel Bittar, champion de la catégorie Rotax juniors

Avant de marteler : « Cette saison est catastrophique. Le bilan est négatif. Nous avons tout fait par nos propres moyens. Il fallait prendre de notre poche pour acheter aux pilotes du carburant ». En effet, le principal bailleur en l’occurrence la marque américaine Bardahl (fabriquant de additifs, lubrifiants, huiles moteur, décrassant…) n’était en mesure d’honorer ses engagements. Un coup dur. « C’était un solide sponsor qui soutenait beaucoup le karting. Il offrait même les trophées », confie avec une nuance de regret Gilbert Dacruz.

Toutefois, les embarras sur le plan financier n’ont pas impacté l’aspect sportif. « Le niveau a été très élevé. Nous avons constaté que les pilote de la catégorie Subaru ont beaucoup progressé. Certains d’entre eux qui étaient passés en Rotax (catégorie supérieure) ont contribué à relever le niveau national. Nous ne nous attendions pas à avoir cette année des compétitions d’une aussi grande qualité. Après une première manche très disputée, c’est dans la troisième que la différence a été faite avec un bouleversement du classement général ».

Les podiums des trois catégories : comer, subaru et rotax.

Ce nivellement vers le haut est la conséquence d’un travail permanent et sérieux. « Ainsi que le côté technique des karts : le réglage et pneumatique compte énormément pour la réussite du pilotage », selon le directeur de course. Avant d’annoncer que le karting va quitter momentanément l’enceinte du stade Léopold Senghor, qui sera fermé pour un relooking. La nouvelle aire de jeu est le circuit Dakar-Baobabs au village de Sindia sur la Petite-Côte. « Il s’agit d’une délocalisation et nous espérons avoir plus de monde du côté de Mbour et Saly », dit-il.

Pour le final, un vibrant hommage a été rendu au jeune Jeremy Sassine qui s’est tué sur la piste l’année dernière.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img