vendredi, décembre 3, 2021
spot_img
AccueilSportsLa journaliste Mame Fatou Ndoye déchire le protocole d'Augustin Senghor pour un...

La journaliste Mame Fatou Ndoye déchire le protocole d’Augustin Senghor pour un 4éme mandat

La journaliste de la TFM Mame Fatou Ndoye a posté une contribution sur sa page facebook visitée par Diantbi.com où elle fustige le Protocole d’accord II actant le consensus relatif à la Gouvernance du football et autour du prochain mandat du comité exécutif de la fédération sénégalaise de football s’est réunie le jeudi 22 juillet 2021 au siège du CNOSS… Et qui a décidé et accepté la désignation du candidat Augustin Senghor pour conduire le programme consensuel pour le mandat à venir par les 3 candidats engagés (Mbaye Diouf Dia, Saer Seck, Augustin Senghor, Mady Touré). In extenso son post :

Consensus ou Paquet de non-sens ?

J’ai beau essayé de comprendre le bien-fondé d’un consensus, celui-là même qui nous priverait d’une élection mais ça bloque dans ma tête. Le foot sénégalais est-il en crise? C’est plutôt le contraire, si on en croit les dirigeants actuels. « Au Sénégal, le foot se joue partout (…) nos équipes nationales jouent dans toutes les catégories et obtiennent des résultats probants (…) Les finances de notre fédé sont bonnes(…) Nous sommes un modèle de gouvernance et de gestion en Afrique » Nos dirigeants ne tarissent pas d’éloges quant à leur bilan sportif, mais Bon Dieu, pourquoi alors vouloir gouverner en commun ?

M. Augustin Senghor, actuel pdt de la FS, avec tout le respect que nous lui devons, serait-il dans ses petits souliers avec son  » wakh wakhete » ? «C’est mon dernier mandat, disait-il à l’aube de son 3ème et cela s’est transformé par la suite en  » Il faut que certains sénégalais arrêtent de faire du fétichisme avec ces déclarations » Il a fallu tout un cérémonial avec l’appui annoncé de 14 pdts de ligue pour que sa candidature soit déposée.

Un consensus, le meilleur moyen de légitimer ce qui n’est que légal, pour le moment? Un candidat, qui a vu deux autres candidats déclarés à cette élection, en l’occurrence Saer Seck et Mbaye Diouf Dia, être ses collaborateurs de premier plan. Deux messieurs, à qui je voue aussi du respect, mais qui sont tout aussi comptables que Me Augustin Senghor du bilan de la fédé. Saer Seck est dans l’actuel attelage de la fédé et ce depuis 12 ans, Mbaye Diouf Dia y a été durant 8 ans.

Mady Toure, je suis toi, je prends mes jambes à mon cou et je m’éloigne de tout ça. Prendre part à un consensus t’obligerait à épouser les actifs et passifs d’une gouvernance à laquelle tu n’es mêlé ni de près ni de loin. Si c’est bon, qu’ils en tirent toute la gloire, si c’est négatif, qu’ils en tirent toutes les conséquences. Si tu as commencé avec une table et deux ballons pour ériger une académie qui s’étend sur des hectares, sorti des joueurs que nous connaissons tous, alors tu peux bien patienter encore plusieurs années pour diriger cette fédé. Si tel est ton destin !

Pourquoi te priver du droit de diriger, de dérouler un programme que tu as réfléchi et mis sur papier, de mettre ta propre patte? Parce que le système serait bien huilé. Pire, si on en croit Louis Lamotte, l’un des facilitateurs de ce consensus, personne ne peut battre le candidat du système. Candidat malheureux à l’élection de 2017, l’ancien président de la ligue pro sait sûrement de quoi il parle. Pas grave ! Mieux vaut perdre et garder ses convictions, surtout si c’est perdu d’avance ( rires).

Dans une compétition, il faut qu’il y’aie des gagnants et des perdants. Mais au Sénégal, les compétitions politique, sportive, se résument à ne faire que des « winners » car chaque acteur veut tirer son épingle du jeu et sauvegarder ses propres intérêts. Des winners, coûte que coûte. C’est le mirage auquel on veut nous faire croire. Le consensus, pour gagner une CAN (rires). Non seulement, une victoire ne se décrète pas mais si c’était seulement « consensus », le Cameroun n’allait pas gagner en 2017, l’Algérie non plus en 2019. Mieux, si c’était seulement consensus, le Sénégal n’irait même pas en finale en 2019, comprendra qui pourra (rires)!

 » Sou djegue, takhon don kharit kon ndokh dou togg djeun »… Pourquoi avoir peur de la contradiction, de l’avis qui détonne? Sommes-nous tous obligés d’être d’accord pour faire bouger les lignes ? Dans la dernière mouture rendue par les différents protagonistes et datée du Jeudi 22 Juillet, il est question de fondre les différents programmes dans un seul, mais en dehors de Mady Touré, avez-vous vu un candidat nous présenter un programme? Des gens ont posé devant des objectifs, des finales ont été présidées notamment à Tamba, des candidatures déposées avant la date ultime du 7 juillet, des réunions se sont multipliées mais « guissougnou programme ». Prenons au moins l’opinion publique au sérieux. Un consensus pour ne pas avoir à répondre dans le futur, de la gouvernance du football ? pour ne pas se justifier quant aux résultats sportifs ? Consensus pour « laan » ? «Consensus », paquet de non-sens pour « maan » rien de probant pour la progression du football sénégalais. Que celui qui gagne, gouverne.

Mame Fatou Ndoye Journaliste


@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% } a:link { so-language: zxx }
Il a aussi été décidé et accepté la désignation du candidat Augustin Senghor pour conduire le programme consensuel pour le mandat à venir par les 3 candidats engagés (Mbaye Diouf Dia, Saer Seck, Augustin Senghor, Mady Touré).

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img