vendredi, décembre 2, 2022
spot_img
AccueilSportsLibres Propos : Un dernier exercice laborieux

Libres Propos : Un dernier exercice laborieux

Après un premier devoir de vacances assez bien conduit contre le Bénin, le dernier exercice contre le Rwanda, convenons-en, a été laborieux. C’est une équipe émoussée et peu inspirée qui a été contenue par la sélection nationale rwandaise venue pour défendre chèrement sa peau dans un match que ses dirigeants ont voulu programmer à Dakar. Sur terrain neutre, on se demande ce que serait l’issue du match où la défense renforcée des Rwandais fut une équation insoluble pour Sadio Mane et ses coéquipiers.

Il a fallu une infiltration de Saliou Ciss, un piston gauche dont on n’a pas compris pourquoi il n’a pas été aligné dès le départ, pour désarticuler la défense adverse et obtenir ce penalty de la dernière minute. Celle de la dernière chance transformée par son buteur Sadio Mané. Mais les penalties et tirs au but du leader technique des lions donnent le stress à ses partisans. Préférant le tir en force comme CR7 par exemple, à la différence d’un Neymar ou même d’un Messi qui jouent plutôt en finesse, le sociétaire de Liverpool a connu quelques mésaventures sur cet exercice.

Mais transformer trois penalties sur trois lors des deux derniers matches lui redonne davantage de confiance dans une spécialité ou le meilleur international sénégalais depuis que le Sénégal a renoué avec la CAN en 1986, reste pour nous, Khalilou Fadiga. Les penalties de l’ancien auxerrois étaient imparables, et sur les coups francs, il avait une qualité bien supérieure à celle de ses coéquipiers.

Bonnes vacances bien méritées aux lions après une année bien remplie et très satisfaisante avec le titre continental qui a procuré du bonheur à tous les Sénégalais. Ce deuxième match en quatre jours devrait être une occasion d’une plus grande communion avec le public si on n’avait pas forcé sur le prix des billets. Le même tarif que lors du premier match. C’est ignorer le pouvoir d’achat du Sénégalais et les moyens des jeunes supporters que de leur demander de débourser autant d’argent en quelques jours. Résultat : la belle enceinte a sonné vide.

Onze matches, sept victoires, trois nuls et une seule défaite pour l’instant en 2002. A l’horizon, la Coupe du monde et pourquoi pas de grandes ambitions, celles au moins de faire mieux qu’en Russie en 2018 ou ce fut l’apprentissage à la fois pour le sélectionneur et son groupe. Les lions de 2022 ont eu plus de veine que leurs aînés de 2002 sur le continent. A eux d’ouvrir de beaux chapitres au niveau mondial, au Qatar.

Par Dr Mamadou KOUMÉ (Journaliste sportif)

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img