lundi, décembre 5, 2022
spot_img
AccueilSportsMondial 2022 (foot) : La presse sénégalaise révise les lois du jeu

Mondial 2022 (foot) : La presse sénégalaise révise les lois du jeu

A un mois du Mondial de foot, les journalistes ont été conviés à revisiter les règles du jeu pour une bonne appréciation des décisions des arbitres.

Pour une meilleure couverture de la Coupe du Monde Qatar 2022, l’Association Nationale de la Presse Sportive (ANPS) a organisé ce samedi une séance de révision des règles du football. C’était sous la houlette de l’expert international Malang Diédhiou, par ailleurs président de la Commission Centrale des Arbitres (CAA) de la Fédération sénégalaise. « Un partage des lois du jeu, du concept de la FIFA notamment les informations sur la vidéo assistance et les changements apportées cette année », indique l’ancien « sifflet ».

Le cours a porté sur plusieurs topics : « Les duels considérés par les arbitres comme étant des fautes ou pas. La faute tactique qui permet de distribuer des sanctions disciplinaires, des cartons jaunes ou rouges pour infraction liée au jeu et à la personne. On a vu les incidents dans la surface de réparation, la main dans sa globalité. Quand est-ce qu’il faut pénaliser puis donner un carton. Le hors-jeu et enfin les cas pour lesquels les arbitres peuvent être assister par la VAR », dit Malang Diédhiou. En se réjouissant « du bon niveau de compréhension des journalistes ».

Une quarantaine de confrères dont la majorité est accréditée pour le Mondial de football ont profité de cette mise à jour, qui aduré trois tours d’horloge. Au final, ils semblent désormais « mieux outillés pour commenter les décisions arbitrales ». Dans la foulée, la presse sportive locale est conviée à assister au camp de préparation du trio sénégalais (Maguette Ndiaye, Djibril Camara et El Hadji Malick Samba) qui va officier au Mondial. Ce sera au centre technique de Guéréo (Mbour) du 1er au 5 novembre.

Selon Malang Diédhiou,  » ces arbitres sont suffisamment entraînés. Il s’agit d’achever le travail en leur permettant d’être à niveau du point de vue physique et compétition. Avant leur départ pour Doha (aux environs du 8 novembre) où nous espérons qu’ils iront loin ». Et de confier : « Notre souhait, c’est de voir une sélection du continent arriver en finale et de gagner la Coupe. A défaut de cela, nous voulons que la finale soit arbitré par un Africain (6 arbitres centraux sont sélectionnés) ».

Cette formation des journalistes de l’ANPS sur l’arbitrage était aussi l’occasion pour Malang Diédhiou d’alerter par rapport au risque que court le Sénégal. En effet, « la nouvelle voie décisionnelle de FIFA exige la maitrise de la VAR, alors que nos arbitres ne sont pas formés à cela. De ce fait, ils pourront être privés de prendre part aux compétitions majeures de la CAF et de la FIFA », informe le président de la CAA. Avant d’appeler les responsables de la Fédération à prendre des mesures à ce sujet. D’autant plus que « le dispositif existe au stade Me Abdoulaye Wade, mais n’est pas exploité ».

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img