vendredi, décembre 2, 2022
spot_img
AccueilSportsTriathlon : Foundiougne, un « pari gagné » par la fédération

Triathlon : Foundiougne, un « pari gagné » par la fédération

La Fédération de triathlon a réussir à conquérir la commune de Foundiougne où s’est déroulée la 4ème journée du Championnat ce week-end. Dans le cadre de la décentralisation de ses compétitions.

Selon le secrétaire général de la Fédération sénégalaise de Triathlon Pape Oumar Ba, la politique de l’instance dirigeante est d’organiser chaque année une compétition dans deux « nouvelles » localités du pays. La commune de Foundioungne (région Fatick) est la destination choisie pour la 4ème journée du Championnat national, ce samedi 2 juillet 2022. Une première dans le Sine-Saloum qui a répondu aux attentes. « Il y avait ce qu’il fallait : un bras de mer et une bonne route », acquiesce notre interlocuteur.

C’est sur les alentours du rond-point à l’entrée de la ville – au pied du nouveau grand pont Nelson Mandela – que plus de 50 athlètes venus des régions de Dakar, Thiès, Louga… s’étaient donnés rendez-vous. L’occasion pour la population foundiougneoise de « découvrir et aimer » le triathlon. Une combinaison de trois disciplines sportives que sont la natation, le cyclisme et la course à pied. Cet enthousiasme est l’effet recherché par la FSTri, animée « d’une grande satisfaction au terme de l’organisation ».

Derniers réglages avant le coup d’envoi.
L’épreuve de natation.

Le SG Pape Oumar Ba confie : « Nous savions que Foundiougne et les îles du Saloum ont les potentialités pour développer le triathlon ». Le Pr Abdoulaye Racine Senghor, co-parrain de la compétition avec le maire Thiénokho Ndiaye, de renchérir : « Ce déplacement de la fédération participe à territorialiser le sport, en sortant des grandes villes et aller trouver les communautés à la base. On peut avoir dans les régions des opportunités, mais il faut les susciter. C’est ce le président Boubacar Gaye et son équipe ont fait ».

Pour le PCA du Musée des Civilisations Noires, ils ne sont pas trompés de lieu en perspective de vulgariser et de massifier le triathlon. « On pouvait voir dans les yeux des jeunes qu’ils étaient heureux d’assister à cette compétition… Nous sommes comblés d’avoir été à l’origine de cela. C’est un sport difficile et d’endurance. Ça appelle à se surpasser », lance-t-il. Avant de s’engager en collaboration avec la FSTri et l’inspecteur départemental des sports « à créer les conditions d’émergence de clubs à Foundiougne et environs ».

L’épreuve de vélo.
Le champion d’Afrique Ndoye Diop en vélo. La course à pied du relais.

Surtout que la grande surprise de cette 4ème journée est la participation improvisée d’un jeune garçon venu du village de Mbam, qui a remporté la course à pied du relais. Malgré qu’il n’avait l’équipement approprié pour cette épreuve. La preuve de l’existence de talents qui ne demande à être organisés et dotés de moyens matériels pour faire vivre le triathlon à Foundiougne. « Nous allons nous y mettre à partir de l’expérience vécue aujourd’hui », dit le poète Abdoulaye Racine Senghor, un fils de cette commune centenaire.

Les objectifs visés ont ainsi été atteints. En plus de l’engouement provoqué, cette journée est une réussite sur les plans organisation et sportif. «Tout s’est bien passé. Il y avait une petite difficulté pour la natation, parce qu’il y avait un courant marin très fort. Mais les athlètes l’ont bien affronté et s’en sont bien sortis. Il y a eu des performances individuelles intéressantes. Par rapport aux deux dernières journées à Saly, on a remarqué des progrès sur les plans technique et athlétique », se réjouit le secrétaire général de la FSTri Oumar Ba.

Arrivée d’une concurrente et le vainqueur chez les hommes qui est un jeune du village Mbam invité à participer.
Podiums cadets et cadettes.

Et les épreuves étaient très disputées. Au finish, les champions d’Afrique Mamadou Diop de la Renaissance de Yoff (1h 12 mn 05s) et Anta Ndiaye de l’US Ouakam (1h 42 mn 05s) continuent de dominer la discipline dans la catégorie des séniors. Mais si la concurrence est inexistante chez les dames, par contre du côté des hommes les jeunes Ababacar Sadikh Sall du Club Nautique de Ngor (1h 19mn 47s) et Alseyni Diallo de l’US Ouakam (1h 20mn 04s) restent de futurs et sérieux challengers à Ndoye Diop.

Dans la catégorie, Chérif Malayeni Diop du Club Nautique de Ngor (1h 17mn 4s) termine en tête de fort belle manière. Un garçon à suivre. Ses suivis Birahim Samb du Club Nautique de Ngor (1h 24 mn 54s) et Seydina Issa Thaiw de la Renaissance de Yoff (1h 25 mn 30s) ont aussi une grande marge de progression. Chez les juniors filles, Aïssatou Mbengue (1h 50 mn 03 s) et Maïmouna Samb (2h 17 mn 18s) du Club Nautique de Ngor ont montré qu’elles avaient le potentiel pour prétendre accéder au niveau supérieur.

Podiums juniors filles et garçons.
Podiums seniors dames et hommes
Tous les médaillés et le secrétaire général de la Fédération maître d’œuvre de la belle organisation.

Pour les catégories des cadets et des plus jeunes (filles comme garçons), la compétition était aussi âprement disputée. Ils ont tenu bien que les conditions de nage et la chaleur n’étaient pas favorables. Comme la 4ème journée, les prochaines échéances de la saison 2022 du triathlon s’annoncent spectaculaires.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img