mardi, février 7, 2023
spot_img
AccueilSportsTriathlon : Le Sénégal et la France prolongent le partenariat à l’horizon 2026

Triathlon : Le Sénégal et la France prolongent le partenariat à l’horizon 2026

Au bout de deux années d’accompagnement, les Fédérations nationales de triathlon du Sénégal et de France ont décidé de poursuivre le « Projet Dakar 2022 ». En perspective des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ).

Le comité exécutif de la Fédération sénégalaise de triathlon (FSTri) s’est réunu ce week-end pour faire une évaluation au bout des deux ans du « Projet Dakar 2022 », qui en principe s’arrête le 31 décembre prochain. Cette initiative en vue des Jeux Olympique de la Jeunesse (JOJ) de 2026 est soutenue par la France avec un financement à hauteur de 16 millions F CFA. « Un budget important parce qu’un tel montant n’a été mis en place pour une Fédération africaine », souligne le directeur technique adjoint de la Fédération française Laurent Massias, par ailleurs le « maitre d’œuvre » de ce partenariat.  

 Avant d’ajouter : « Ce gros effort des financiers (une ONG et le ministère des sports français) est dû au fait que le Sénégal – pour la première fois en Afrique – va accueillir le mouvement olympique. Mais aussi à l’investissement du président de la fédération et ses équipes pour le développement du triathlon ». Cela a permis de « salarier » en plus de former sept (7) éducateurs et un (1) coordonnateur de projet. « Dans le but de massifier au maximum la pratique de la discipline à Dakar et à l’intérieur du pays, plus particulièrement à Thiès Louga et Saint-Louis », confie-t-il.

Laurent Massias (DTN adjoint France) en compagnie du président de la FSTri Boubacar Gaye et son DTN ibrahima Kamara.

Il s’était agi de former ces techniciens locaux à l’utilisation des outils informatiques (excell, power point, word), surtout à la prise de parole en public. « Ils sont maintenant à l’aise pour faire une introduction, un plan et de dérouler une présentation », selon Laurent Massias. Il y avait également une initiation aux premiers secours (médecine) et un enseignement sur « des thématiques précises concernant le triathlon africain. Afin de comprendre les enjeux pour pouvoir développer la pratique et les clubs. En s’ouvrant au sport loisir et santé pour étoffer les activités et avoir plus de monde ».

Au terme de cette première phase du « Projet Dakar 2022 », le président de la FSTri Boubacar Gaye se réjouit : « Nous avons largement atteint les objectifs qui étaient la détection et la préparation des talents. Nous avons fini de massifier, d’intéresser la junte féminine, de multiplier les clubs. Le triathlon est très connu bien qu’il soit récent au Sénégal (depuis 2016) ». Dans la foulée, il annonce la prolongation du partenariat à l’horizon 2026. Une projection sur les JOJ en dégageant une élite chez les jeunes où « iI y a un vrai travail de détection et d’accompagnement à faire », dit Laurent Massia.

Matériel de compétition offert par la FFTri.

Selon l’expert français, cela se fera à travers des temps de stages en présentiel avec, à la fois, les athlètes et les coachs. « Nous allons vers les entrainements. Sachant que les JOJ ne sont pas des joutes au rabais. C’est une véritable pépinière à champions. Un évènement marquant et fort », estime-t-il. Et de se montrer optimiste pour le triathlon sénégalais. « Il y a des infrastructures de qualité, une belle piscine, beaucoup de plages. Des éléments centraux pour la formation des jeunes qui, à la base, ont tout ce qu’il faut pour pouvoir aller vers un bon niveau de pratique. C’est aléatoire ces catégories, mais il n’y a aucune raison qu’ils ne soient pas performants dans quatre ans ».

Le comité exécutif de la FSTri a profité de cette occasion pour tracer les perspectives de la prochaine saison. « Le «Projet Dakar 2022 » va beaucoup changer par rapport à l’organisation de nos compétitions, car les coachs sont mieux outillés », dit le président Boubacar Gaye. Comme grande innovation : un challenge de 8 journées en aquathlon et duathlon qui sera organisé par les clubs avec l’accompagnement technique et financier de la Fédération. Cette dernière s’occupe du triahlon à travers un championnat sur 3 journées (dont 1 hors de Dakar). Sur le plan logistique, la Fédération française a encore fait un don constitué chronomètres, maillots et combinaisons. Cela s’ajoute à un autre lot de matériels offerts : vélos de qualités, roues et chambres à air.

Les commentaires à caractère injurieux, offensifs, ou contenant des propos diffamatoires ne sont pas publiés.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

a lire

spot_img